Griezmann
Avant l'ouverture du score de Griezmann, les Bleus se sont longtemps heurtés au mur paraguayen | FRANCK FIFE / AFP

Les Bleus calent sur la fin

Publié le , modifié le

A l'approche du Mondial, l’équipe de France n’a pu faire mieux qu’un match nul (1-1) face au Paraguay, ce dimanche à Nice. Après avoir pris les commandes de la rencontre grâce au premier but d’Antoine Griezmann sous le maillot tricolore (82e), les Bleus se sont fait surprendre en toute fin de match sur coup de pied arrêté. Contre une formation très physique et bien regroupée en défense, les joueurs de Didier Deschamps ont réalisé une prestation globalement moyenne.

Après leur festival offensif face à la Norvège (4-0) mardi, les Bleus ont trouvé un adversaire davantage à leur mesure ce dimanche à l’Allianz Riviera. Face au solide Paraguay, l’un des grands absents de la prochaine Coupe du monde, l’équipe de France ne s'est pas complètement rassurée, moins efficace et moins en réussite qu'au stade de France il y a cinq jours. Dominatrice de bout en bout, certes, mais pas assez rôdée  pour s’en sortir avec une victoire en poche. 

Ce manque de concentration s’est traduit en toute fin de match, lorsque la défense tricolore a complètement lâché son marquage sur Victor Caceres, qui en a profité pour glisser la balle au fond des filets (89e) et arracher le nul. Moins de dix minutes plus tôt, Antoine Griezmann croyait pourtant avoir réussi le plus dur en marquant, pour sa troisième sélection, son premier but en bleu, d’une jolie frappe enroulée (82e). Mais les visiteurs ont su faire preuve d'opportunisme en douchant le public niçois, déjà trempé par l'averse qui a duré une bonne partie de la rencontre. 

Sakho et Griezmann ont gagné des points

Après avoir lancé sa meilleure équipe au coup d'envoi (outre Ribéry, Benzema et Varane, ménagés), Didier Deschamps a fait tourner en deuxième période (Mavuba, Mangala, Grenier). Le sélectionneur peut se féliciter de l'entente affichée entre Olivier Giroud et Loïc Rémy, très en vue -mais maladroits dans le dernier geste- durant les 45 premières minutes. Il peut aussi s'enthousiasmer du rendement d'Antoine Griezmann, buteur vingt minutes seulement après son entrée en jeu, mais aussi de celui de Mamadou Sakho en défense et de Blaise Matuidi, qui s'est comme toujours beaucoup dépensé. 

En revanche, l'encadrement des Bleus est toujours aussi inquiet du cas Ribéry, blessé au dos et forfait à Nice, et dont la participation à la Coupe du monde semble très hypothétique. A onze jours de l'ouverture du Mondial, le leader des Bleus est au centre de toutes les appréhensions. Le groupe risque de vivre au rythme de l'évolution de l'état de forme du Bavarois, jusqu'au dernier match amical de préparation, dimanche prochain à Lille, contre la Jamaïque. 

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer