Bleuets but ouzbékistan 06072013
Les Bleuets célèbrent l'un de leurs buts en quarts de finale du Mondial | AFP

Les Bleuets dans le dernier carré

Publié le , modifié le

L’équipe de France des moins de 20 ans a validé son ticket pour les demi-finales de la Coupe du monde, en corrigeant l’Ouzbékistan 4-0. Les Bleuets se retrouvent pour la deuxième fois de leur histoire à ce stade de la compétition, après déjà une demi-finale lors de la précédente édition (perdue face au Portugal). Ils affronteront en demie le vainqueur de l’autre quart opposant le Chili au Ghana.

Donné archi-favoris de cette rencontre face à l’équipe surprise de ce Mondial, les joueurs de Pierre Mankowski démarraient sur les chapeaux de roue en portant le danger sur les cages adverses dès la première possession de balle. Sanogo propulsait le cuir sur le montant des cages d’Amanov, resté bouche bée. La défense perméable de l’Ouzbékistan avait du mal à contenir la fougue des attaquants tricolores, et c’était au tour de Thauvin de voir sa frappe heurter le poteau du gardien ouzbèque (17e).

Le sélectionneur français commençait à s’impatienter sur son banc, car il sentait que le manque d’efficacité de son équipe pouvait finir par coûter cher. Mais il ne devait finalement pas trop attendre pour assister à l’ouverture du score signée Sanogo, le néo-Gunner reprenant un centre au millimètre de Bahebeck (1-0, 30e). Seulement quatre minutes plus tard, Bahebeck faisait parler à la fois sa puissance et sa technique pour s’infiltrer entre deux défenseurs, et il était stoppé dans la surface. Pogba se chargeait de transformer le pénalty pour porter le score à 2-0 (34e).

Thauvin ouvre son compteur

Très peu sollicité depuis le début de ce quart de finale, Aréola appréciait néanmoins le spectacle proposé par ses coéquipiers. Totalement dépassés, les Ouzbèques –quart de finalistes des – 17 ans- commettaient des erreurs impardonnables, à l’image d’une main dans la surface de Turapov, immédiatement sanctionnée d’un nouveau pénalty. Cette fois, Thauvin prenait ses responsabilités, et même si le gardien touchait le ballon, l’attaquant lillois inscrivait son premier but dans la compétition (3-0, 44e).

 

 

Thauvin (à gauche) en action
Thauvin (à gauche) en action

 

La deuxième période repartait sur les mêmes bases (15 tirs à deux dans les 45 premières minutes), et Sanogo manquait de peu le doublé sur un énième centre au cordeau de Bahebeck. Thauvin faisait étalage de tout son talent devant les 18 mètres, mais avait encore du mal à trouver le chemin des filets. Il parvenait néanmoins à adresser un corner parfait, repris victorieusement d’une tête plongeante au premier poteau par Zouma (4-0, 64e).

Mieux que la génération Trezeguet-Henry

Et pour ne rien arranger aux affaires ouzbèques, le défenseur Shamshitdinov laissait ses coéquipiers à dix après avoir reçu un deuxième carton jaune (69e). Même les remplaçants français s’illustraient à l’instar de Bosetti (remplaçant de Bahebeck), mais le score déjà imposant (4-0), en restait là. Après leur succès probant sur la Turquie en huitièmes de finale, les jeunes Tricolores ont une nouvelle fois démontré qu’ils avaient les armes pour aller chercher le titre. Lorsque l’on sait que la génération Henry-Trezeguet n’avait atteint que les quarts de finale, cette génération 1993 affiche déjà de belles promesses.

Réactions

Pierre Mankowski (sélectionneur  de l'équipe de France): "Nous sommes très très contents de nous qualifier et de  continuer cette compétition. Le score était logique, on a eu la mainmise sur le  match pendant toute la partie. On a bien géré le temps et les remplacements des  joueurs. Cela a permis à certains de souffler ou d'éviter des cartons pour ceux  qui étaient sous la menace d'un jaune comme Kondogbia. On a bien maîtrisé la  rencontre. C'est satisfaisant de mettre des buts et de se créer beaucoup  d'occasions. Il fallait rester sérieux tout au long de la partie et ne pas  tomber dans la facilité, en rajouter, et continuer à produire du jeu.  L'objectif est maintenant d'aller en finale. On a toujours dit qu'on voulait  aller loin. Les joueurs sont contents mais pas euphoriques et tout le monde est  déjà projeté sur le prochain match."
   
Samuel Umtiti (défenseur de l'équipe de France): "On a maîtrisé ce match de  la première à la dernière minute. Il fallait rester concentré parce que ces  matches peuvent être des pièges. On l'a très bien négocié et maintenant on va  se concentrer sur la demi-finale. Il fallait qu'on reste sur la même dynamique.  On voulait marquer tout de suite, on a eu plein d'occasions et c'est aussi très  important de ne pas avoir encaissé de buts. On est en train de hausser notre  niveau de jeu. Depuis le début, on a dit qu'on voulait aller en finale et  l'emporter."
   
Florian Thauvin (attaquant de l'équipe de France): "C'est une grande  satisfaction, on s'est qualifiés avec la manière. On a été rigoureux  défensivement. (A propos de son penalty) Ca m'a fait du bien d'ouvrir mon  compteur-buts. Je voudrai remercier mes partenaires parce que ce n'était pas à  moi de le tirer, je ne voulais pas le tirer mais ils ont tous voulu à  l'unanimité que je le fasse. J'ai été touché par le comportement de mes  coéquipiers. J'étais un peu fatigué au début du tournoi mais plus la  compétition avance et mieux je me sens. J'ai réalisé une belle performance ce  soir comme l'ensemble du groupe. Maintenant, il faut aller au bout et ne rien  lâcher."

Romain Bonte