Equipe de France Necib Thiney 2011
Louisa Necib et Gaëtane Thiney, le bonheur des Bleues | AFP - Roland Weihrauch

Les Bleues sur leur nuage face à l'Everest

Publié le , modifié le

Qualifiée pour la première fois de son histoire pour les quarts de finale de la Coupe du monde, l'équipe de France féminine vit un rêve. Mais l'affrontement avec les États-Unis ce mercredi à 18h, triples champions olympiques et deux fois champions du monde, est un défi immense. L'une des références planétaires peut-elle arrêter l'euphorie des Bleues, bien physiquement et qui ont bénéficié de 24h de récupération en plus ?

Le "soccer", aux Etats-Unis, c'est d'abord une affaire de femmes. Malgré tous les efforts de la Major League Soccer (MLS) pour attirer les stars européennes (Henry, Beckham...), ce sport demeure dominé dans ce pays par la gente féminine. Premières du classement FIFA, les Américaines ont remporté deux titres mondiaux, et trois sacres olympiques sur les quatre compétitions (1996, 2004, 2008). Elles sont un peu ce que le Brésil est au football masculin. Et voilà à quoi vont s'attaquer les Françaises dans le stade de M'Gladbach pour une demi-finale pleine d'espoirs.

En terminant les qualifications invaincues et sans avoir encaissé le moindre but, puis après avoir passé le match de barrage qualificatif en allant s'imposer en Italie (3-2), sans oublier les deux premiers matches de la Coupe du monde victorieux, les Françaises ont fait le plein de confiance. Et ce n'est pas la défaite contre les double championnes du monde allemandes dans le dernier match de poule qui l'a mise à mal. En allant puiser dans ses réserves morales pour passer l'obstacle anglais après les tirs au but en quarts de finale, l'équipe a montré une nouvelle fois sa force de caractère. Après le défi physique des Anglaises, les Tricolores devront encore livrer un gros combat, sans pour autant oublier leur jeu fait de passes courtes, de redoublements et de mouvements.

Une chose est sûre, Marioe-Laure Delie, avec ses 23 buts en 24 sélections, n'aura pas la partie facile mais elle espère bien évidemment continuer à faire évoluer son nombre de buts au même rythme que ses sélections. Et à l'image de tout l'équipe, son appétit n'est pas encore rassasié: "Être dans le dernier carré, c'est magique, mais notre objectif est de gagner la Coupe du Monde. On n'est pas venues pour visiter l'Allemagne. Maintenant on veut gagner les deux prochains matches", annonce-t-elle sur le site de la FIFA. Mais elle sait la tâche qui les attend: "J'ai déjà joué contre les Etats-Unis, mais c'était en moins de 20 ans en 2008, on avait perdu 3:0. C'est une équipe complète, très bien en place et vraiment impressionnante au niveau athlétique". 

En 13 confrontations, toujours hors compétition, les États-Unis ont battu 11 fois la France, et fait un match nul (2006) pour une défaite (1990). L'avantage est donc clairement en faveur des Stars and Stripes, qui disposent en plus d'une vraie expérience à ce niveau, n'ayant jamais manqué une demi-finale en Coupe du monde, pour deux victoires et trois 3e place.

Les Bleues, objet de convoitise des médias
Symbole de sa popularité croissante, la rencontre de l'équipe de France féminine face aux États-Unis ce mercredi, à 18h, sera retransmise en direct sur Eurosport et Direct 8. En cas de qualification pour la finale, TF1 se réserve le droit de diffuser le match des Bleues en prime-time.