Remplacé à l'heure de jeu, Anthony Martial n'a pas brillé face à la Russie
Remplacé à l'heure de jeu, Anthony Martial n'a pas brillé face à la Russie | Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

Les absents ont marqué des points

Publié le , modifié le

Avec sept changements par rapport à la défaite face à la Colombie, Didier Deschamps a tenu parole en donnant du temps de jeu aux habitués du banc ce mardi contre la Russie. Des remplaçants qui n’ont pas tous convaincu, laissant la porte grande ouverte aux absents pour reconquérir leur place d’ici la mi-mai.

Latéral gauche : derrière Digne, encore des interrogations

Confronté à l’absence de Benjamin Mendy et à la saison en demi-teinte de Layvin Kurzawa au PSG, Didier Deschamps avait choisi de sélectionner un habitué (Lucas Digne) et un bizuth (Lucas Hernandez) pour occuper le côté gauche des Bleus. Devenu un habitué des rassemblements malgré son statut de doublure au Barça, le premier a rendu une prestation sans réelle fausse note face à la Colombie vendredi et assure l’intérim de Mendy avec solidité. Le second, entré quinze minutes face à la Colombie, a connu une première titularisation sobre mais sans éclat en Russie. Un manque d’allant offensif en première mi-temps, à l’image de ses coéquipiers, et un but russe qui vient de son côté sont venus ternir une prestation défensive convaincante dans l’ensemble.

Les prétendants : Benjamin Mendy, Layvin Kurzawa, Jordan Amavi

Si Lucas Digne paraît avoir une longueur d’avance sur la concurrence, rien n’est joué derrière le Barcelonais. Absent depuis le mois de septembre en raison d’une rupture des ligaments croisés, Benjamin Mendy n’a jamais été aussi proche d’un retour à la compétition et pourrait retrouver les terrains d’ici la mi-avril. Titulaire du poste en Bleu avant sa blessure, sa place dans la liste ne fait pas débat si le Mancunien est à 100% à la mi-mai.

Mais si Benjamin Mendy n’est pas rétabli à temps, la place de doublure vaudra cher d’ici la fin de la saison. Layvin Kurzawa, peu convaincant au PSG et parfois cantonné à une place en tribunes, et Jordan Amavi, auteur d’une saison solide à Marseille, ont plus que jamais leur carte à jouer. Mais malgré son statut de néo-international, la présence d’Hernandez dans la liste de ce début de printemps donne une longueur d’avance au Madrilène…

Benjamin Mendy
Benjamin Mendy © FRANCK FIFE / AFP

Latéral droit : Sidibé encore sur courant alternatif, Pavard sans briller

Le sujet revient à chaque rassemblement ou presque des Bleus. Qui installer au poste de latéral droit ? Titulaire depuis son arrivée à Monaco, Djibril Sidibé continue d’alterner le chaud et le froid en équipe de France. Puissant et rapide, capable de créer de nombreux décalages, l’ancien lillois a de nouveau fait preuve de maladresse et d’approximations vendredi pour sa 15e sélection et, comme ses prédécesseurs, ne fait toujours pas l’unanimité à droite. Son remplaçant Benjamin Pavard n’a guère fait meilleure impression ce mardi en Russie. Dans une défense toujours aussi fébrile par moments, le joueur de Stuttgart s’est montré solide dans les duels mais et n’a quasi rien proposé offensivement, dans un domaine où excelle Djibril Sidibé.

Le prétendant : Mathieu Debuchy

Comme pour Benjamin Mendy, la place de titulaire semble promise à Djibril Sidibé pour le Mondial. Reste à savoir qui accompagnera le Monégasque en Russie. Convoqué en novembre, Benjamin Pavard s’est fait une petite place dans le groupe Bleu au meilleur des moments mais va sentir jusqu'au bout le souffle d’un revenant dans son cou. Pas étranger à la bonne forme récente de Saint-Etienne, Mathieu Debuchy effectue un retour canon après plusieurs mois compliqués du côté d’Arsenal. L’ancien lillois, qui n’a plus revu Clairefontaine depuis septembre 2015, n’a jamais semblé aussi prêt d’un retour sous le maillot Bleu et pourrait bien coiffer Pavard au poteau en mai prochain.

Mathieu Debuchy
Mathieu Debuchy © JEAN MARIE HERVIO / DPPI Media / DPPI

Ailiers : Martial n’a pas saisi sa chance

Il savait qu’il jouait gros mais Anthony Martial n’a pas su répéter en Russie ce qu’il avait laissé voir face à l’Allemagne en novembre (2-2), où le Mancunien avait été brillant à la gauche d’un 4-3-3, comme ce fut le cas ce soir. Mais face à la défense à cinq proposée par les Russes, Martial a souffert dans l’impact physique et s’est montré brouillon dans le dernier geste ou la dernière passe malgré plusieurs situations dangereuses en première période. Remplacé par Antoine Griezmann peu avant l’heure de jeu, l’ancien monégasque n’a pas posé sa patte sur l’aile gauche française et ne fait pas le poids face à la prestation de Thomas Lemar au même poste vendredi face à la Colombie.

Les prétendants : Dimitri Payet, Kingsley Coman

Si l’on aurait pu ajouter le nom d’Ousmane Dembélé aux côtés de celui d’Anthony Martial tant le jeune Barcelonais a traversé ce match comme un fantôme, sa place dans le groupe des 23 en mai ne semble pas mise en danger malgré ses fades prestations sous le maillot Bleu, la victoire face à l’Angleterre à l'été 2017 mise à part.

Pour Anthony Martial, la situation est un peu plus compliquée. Remplaçant à Manchester United, le joueur de 22 ans a perdu le statut d’indiscutable qui était le sien jusqu’à l’Euro 2016. Si Antoine Griezmann, Olivier Giroud, Kylian Mbappé, Thomas Lemar et Ousmane Dembélé ont tous ou presque déjà leur billet pour la Russie, la prestation d’Anthony Martial ce mardi laisse planer le doute sur la question du sixième homme en attaque.

Blessé, Florian Thauvin n’a pas eu l’occasion de s’exprimer. Tout bénef’ notamment pour son partenaire à l’Olympique de Marseille Dimitri Payet. Dans une bonne période avec l’OM, le Réunionnais pourrait revenir dans les petits papiers de Deschamps en cas de fin de saison canon en Ligue 1 comme en Ligue Europa. Blessé à la cheville, Kingsley Coman devrait retrouver les pelouses mi-avril avec le Bayern Munich et pourrait lui aussi chiper sur le fil sa place pour Moscou. 

 

Kingsley Coman
Kingsley Coman © FRANCK FIFE / AFP
Mathieu Aellen