Edinho dans l'équipe du Brésil 1986
Edinho, au milieu entre Julio Cesar et Branco, dans l'équipe du Brésil en 1986 | AFP - DPA

Légendes du Brésil : Edinho

Publié le , modifié le

Edinso Nazareth Filho, plus connu sous le nom d'Edinho, était un défenseur solide, discipliné, doté d'une belle frappe, qui pouvait aussi jouer milieu de terrain. Il a évolué dans la Seleçao entre la fin des années 70 et le milieu des années 80, là où la génération florissante des Socrates et Zico n'est jamais parvenue à se hisser au niveau de ces devancières menées par Pelé.

Costaud, solide, puissant, Edinho a été l'une des fondations de la Seleçao lors de la Coupe du monde 1986. Pilier du grand Fluminese, vainqueur du championnat carioca en 75, 76 et 80, il a intégré l'équipe nationale du Brésil en 1977. Il était présent en Argentine l'année suivante, participant aux trois premiers matches. Le Brésili finit à la 3e place. Ce sera son meilleur résultat avec le maillot auriverde. Remplaçant en 1982 (le Brésil est sorti au 2e tour par l'Italie future championne du monde), il est titulaire lors du Mondial-1986, et finit par une défaite en quarts de finale contre la France en tant que capitaine, Sa 59e et dernière sélection.

Avec les Socrates, les Zico et autres Careca, il fait partie d'un groupe que beaucoup pensaient capables de décrocher une 4e Coupe du monde. Espoir déçu. Ce n'était pas le plus rapide, ni le plus technique, mais c'était un roc. Sûr ballon au pied, il a même reçu la "Bola de prato" (balle d'argent), récompensant le meilleur défenseur du championnat brésilien en 1982. Son énorme frappe, notamment sur coup franc, lui permet d'inscrire la bagatelle de 34 buts en 358 rencontres dans sa carrière. 1982, c'est l'époque où il quitte le Brésil pour vivre une longue expérience en Italie, à l'Udinese. Cinq saisons dans le Calcio ont un peu plus endurci le natif de Rio de Janeiro, qui retourne au pays en 1987 pour aller une saison à Flamengo, le rival honni de Fluminese, qu'il rejoint la saison suivante. Il terminera sa carrière de jouer au Gremio en 1990, avant de passer sur le banc. Sans grand succès.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze