Cerezo en compagnie de Bebeto
Cerezo (à droite) en compagnie de Bebeto | JIJI PRESS / AFP

Légendes du Brésil: Cerezo

Publié le , modifié le

En club, Toninho Cerezo a tout gagné ou presque. Champion d'Italie, vainqueur de la Coupe intercontinentale et de la Copa Libertadores avec la Ssampdoria Gênes et Sao Paulo, il n'a pas connu la même réussite avec le maillot brésilien. Symbole de sa carrière sous le maillot auriverde, ses larmes face à l'Italie en 1982.

Antonio Carlos Cerezo dit Toninho Cerezo a eu une carrière longue comme le bras. Né le 21 avril 1955 à Belo Horizonte, le Brésilien a joué jusqu'à l'âge de 43 ans sous le maillot de l'Atletico Mineiro, qui fut aussi son premier club, à l'aube de la Coupe du Monde 1998. Des maillots, Cerezo en a connu sept, sans compter les trois passages à Mineiro et les deux à Sao Paulo. De 1972 à 1998, 26 ans de carrière et un palmarès un or. Champion  de différents états au Brésil, Cerezo connaît ses premiers succès d'envergure en rejoingnant l'Italie, d'abord par l'AS Rome puis par la Sampdora Gênes. Vainqueur de la Coupe d'Italie avec la Roma, il remporte le Scudetto avec la "Samp" en 1991, tout en y ajoutant la Coupe des Coupes en 1990 et trois nouvelles Coupe d'Italie.

Les larmes de Barcelone

Sous le maillot de la sélection brésilienne, Cerezo dispute 57 matches pour 7 buts. Milieu défensif puissant, il fait les beaux jours du Brésil entre 1977 et 1985, une période durant laquelle le Brésil ne remporte aucune compétition. En 1982, son équipe retrouve l'Italie au deuxième tour du Mondial espagnol. Dans cette poule à 3, le Brésil a tombé l'Argentine (3-1) et l'Italie en a fait de même (2-1). Les deux équipes se retrouvent pour savoir qui ira défier la Pologne en demi-finale. Le match démarre sur les chapeaux de roue puisque Rossi marque dès la 5e minute avant que Socrates n'égalise à la 12e. C'est à la 25e minute sur le destin de Cerezo bascule. Sans pression, celui-ci adresse une transversale peu appuyée sur laquelle Rossi se jette et s'en va marquer d'une frappe sèche. Cerezo est inconsolable et pleure de longues minutes sur le terrain. Son Brésil reviendra au score par Falcao mais le même Rossie crucifie les Sud-Américains en toute fin de match. Cerezo sort par la petite porte de son ultime Coupe du Monde.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot