Ronaldo à terre sourire
Ronaldo peut respirer, le Portugal n'est pas encore éliminé de la Coupe du monde | FRANCISCO LEONG / AFP

Le Portugal reste en vie

Publié le , modifié le

La Coupe du monde au Brésil est pleine de suspense. Le Portugal a sauvé in extremis sa tête face aux Etats-Unis en accrochant le nul 2-2 au bout du temps additionnel. Le Portugais Nani avait ouvert le score (5e) mais les USA ont renversé la vapeur en deuxième mi-temps par Jones (64e) et Dempsey (81e). C'est une tête de Varela, sur un centre de Ronaldo, qui a remis les deux équipes à égalité.

Le Portugal n’avait pas le choix. Pour éviter le même fiasco que le voisin espagnol, éliminé après seulement deux matches, il fallait à tout prix s’imposer. Encore fallait-il oublier la claque infligée par l’Allemagne (4-0) ? La joue encore rose, les Portugais ont débarqué dans la moiteur de Manaus sans de réelle certitude, hormis celle de devoir se passer de Pepe, Coentrao, Hugo Almeida et Rui Patricio. Incertain il y a quelques jours, Ronaldo lui était bien là. Si la star de la sélection lusitanienne a distribué des bisous à ses supporters avant le coup d’envoi, c’est Nani qui leur a donné la fièvre. Il a été l’homme le plus dangereux. L’homme décisif des premières minutes. L’attaquant de Manchester United a notamment profité d’une bourde de l’Américain Cameron pour ouvrir le score (1-0, 5e). Dos au mur, le Portugal n’avait pas eu le temps de douter. Mais au lieu de se libérer, il connaissait des difficultés dans la gestion de son avantage. Après le but de Nani, les Lusitaniens étaient les plus déboussolés. Ils ne savaient plus trop quoi faire du ballon.

Les USA ne doutent jamais

Les Américains, eux, se sont mis à développer leur jeu direct et plaisant. Ce but ne changeait rien à leur tactique. Bien en place, ils s’approchaient assez facilement du but de Beto mais ils n’étaient pas récompensés à cause de leur faiblesse dans la dernière passe. Du coup, ils se montraient dangereux avec les tirs de loin de Bradley et Johnson (32e). Pour exister, le Portugal procédait en contre. Nani était le plus percutant mais il trouvait Howard (42e) ou le poteau (45e) sur sa route. Après la pause, les USA continuaient de bousculer les Portugais. En insistant, il y avait des chances que ça passe. Ce n’était pas loin sur un débordement de Johnson. Prenant de vitesse toute la défense et le gardien, il servait Bradley au point de penalty. L’Américain frappait mais Ricardo Costa sauvait sur sa ligne d’un tacle désespéré (55e). Dix minutes plus tard, il n’y avait plus personne pour empêcher Jermaine Jones d’égaliser. Sur un corner, l’Américain récupérait un ballon en dehors de la surface. Un crochet devant Nani pour se mettre en position et une frappe imparable, du grand art (1-1, 64e) !

Varela défait les valises portugaises

Le Portugal pouvait se mordre les doigts d’avoir gâché des munitions par Eder (48e) et Meireles (66e). Avec ce nul, le retour au pays n’était plus très loin. Après le but de Dempsey, il était officiel. Prise de vitesse, la défense portugaise cédait sur un nouveau but de Dempsey qui marquait de la poitrine après un centre intelligent de Zusi (1-2, 81e). Mais ce Mondial est placé sous le signe de l’offensive et du suspense. Dans un dernier baroud d’honneur, Ronaldo centrait pour Varela. Le Portugais, tout juste entré en jeu, égalisait de la tête. Il permettait à son équipe de croire encore à une qualification et privait les USA d’un ticket automatique pour les huitièmes. Tout se jouera dans les deux derniers matches Allemagne - Etats-Unis et Portugal – Ghana. Si Allemands et Américains font match nul, ils passeront tous les deux. Une donnée qui n'échappera pas à Joachim Löw et Jürgen Klinsmann.

Xavier Richard @littletwitman