Afrique du Sud Mexique Carlos Salcido Reneilwe Letsholonyane 062010
Le Mexicain Carlos Salcido (au centre) en duel avec le Sud-africain Reneilwe Letsholonyane |

Le Mexique bute sur l'Afrique du Sud

Publié le , modifié le

L'Afrique du Sud et le Mexique ont fait match nul (1-1) vendredi à Johannesbourg en match d'ouverture de la Coupe du monde. Paralysés par l'enjeu, les Bafanas Bafanas ont été dominés en première période par des Mexicains qui n'ont pas su convertir leurs occasions. En 2e mi-temps, l'Afrique du Sud a ouvert la marque par Tshabalala avant que le Mexique n'égalise par Marquez. Les Sud-Africains ont davantage fait preuve de solidité collective.

Le Mexique a pourtant tout fait pour tuer rapidement le match, imposant une domination territoriale et s'appropriant le ballon durant une première période quasiment à sens unique, au cours de laquelle les Bafanas Bafanas ont eu bien du mal. Les Sud-Africains, visiblement fébriles et friables en défense, ont supporté vaille que vaille la pression mexicaine, avec parfois des renvois dans l'axe qui ont fait passer des frissons dans le Soccer City.Portés par un public haut en couleurs, soufflant durant toute la partie dans des vuvuelas assourdissantes, les Sud-Africains ont beaucoup subi, étouffés en milieu de terrain et privés de munitions, pour alerter le buteur Mphela. Les hommes d'Aguirre sentaient le match à leur porté et appuyaient sur l'accélérateur. Profitant d'un marquage un trop lâche des Bafanas, ils se sont créé plusieurs occasions intéressantes, les plus dangereuses revenant à Giovani Dos Santos. Celui-ci, bien servi dans l'axe par Villa, voyait notamment son tir à bout portant repoussé par Khune, impérial sur sa ligne.

Il aurait pu même pu ouvrir le score quelques minutes plus tard (37e) exploitant une ouverture de Guillermo Franco pour propulser le ballon dans les filets sud-africains. Mais l'arbitre ouzbeke M.Imatov refusait logiquement ce but pour une position de hors-jeu. Les Sud-Africains avaient eu chaud.Cet avertissement eut le mérite de les sortir un peu de leur timidité offensive. Dans les dernières minutes de la première période, plus agressifs dans la récupération, plus attentifs aussi pour ne pas perdre trop rapidement les ballons, et mieux organisés, ils s'enhardissaient à leur tour. Ils s'offraient deux belles occasions: d'abord sur un centre de Pienaar sur lequel Mphela était trop court pour reprendre de la tête. C'était ensuite Dikgacoi qui inquiétait le gardien Perez. C'était au tour des Mexicains de sentir le vent du boulet. Ils en profitaient pour calmer un peu le rythme dans les dernières minutes et rentrer aux vestiaires sur un 0-0 placé sous le signe des occasions manquées.   

La première période débutait sur des bases un peu différentes, proposant un affrontement beaucoup plus équilibrés. L'entraîneur brésilien d'Afrique du Sud Carlos Parreira, fort de son expérience, ayant recadré son équipe et notamment sa défense, mieux déployée, pour prendre les attaquants mexicains en étau. Mieux, les Bafanas Bafanas, enfin dans le match, se montraient plus réactifs dans la récupération, et dans la relance, pour procéder par contres. Et ils allaient faire exploser le stade de joie justement sur une de ces actions de contres, amorcées par Tshabalala lancé en profondeur, et qui après plus de 50 mètres balle au pied, est allé tromper Oscar Perez. (1-0, 55e).L'histoire retiendra qu'il a été l'auteur du premier but de cette première coupe du monde en Afrique.

Indéniablement, les Sud-Africains étaient revenus avec de l'ambition et une grosse volonté, qui leur donnaient des ailes. Après avoir été ballotés 45 minutes, ils offraient un visage beaucoup plus solide, sur des bases techniques mieux maîtrisées, et c'étaient eux alors, qui mettaient leur empreinte sur la rencontre. Même si les Mexicains se montraient parfois dangereux, comme sur ce tir excentré de Parker (65e) sur lequel Khune intervint encore avec autorité.Les hommes de Parreira semblaient à ce moment là mettre davantage de vitesse. Sur un nouveau contre, Modise se heurtait à Perez, non sans avoir auparavant été déséquilibré par un défenseur mexicain. Les Sud-Américains pour leur part, semblaient ne pas prendre la mesure du score, se contentant de se porter vers l'avant, sans toutefois accélérer. Ils ne parvenaient pas à se dépêtrer de la défense glissée des Sud-Africains. Giovani Dos Santos accusant physiquement le coup, les Mexicains ne parvenaient plus à vraiment percuter, même s'ils parvenaient à amener le ballon devant le but des Bafanas. Ils allaient pourtant égaliser sur une action pourtant anodine, une passe de Juarez pour Marquez au-dessus de la défense sud-africaine, qui après avoir bien tenu dans un schéma solide, commettait une grossière faute de placement. Marquez ne laissait pas passer l'occasion de fusiller Khune (1-1, 79e).

Les Sud-Africains accusaient le coup, tandis que les Mexicains retrouvaient des couleurs. Les dix dernières minutes étaient terribles. Face à des Mexicains qui tentaient le tout pour le tout, les es Sud-Af bien que plus vifs dans l'exécution retombaient dans leur fébrilté défensive...Pourtant, ils étaient tout prêt de la balle de match sur un ouverture pour Mphela dont le tir en bout de course s'écrasait sur le poteau de Perez qui était battu. Malgré tout, les Sud-Africains parvenaient à conserver un score de parité qui a priori leur est plus favorable qu'aux Mexicains affublés de l'étiquette de favori. Cela promet dans ce groupe.        

Javier Aguirre  (sélectionneur du Mexique): "Nous avons raté quelques énormes occasions et c'est  devenu compliqué après le but sud-africain. Mais, heureusement, nous avons  égalisé, nous aurions pu gagner comme perdre, attendons de voir ce que font la  France et l'Uruguay pour savoir si c'est un bon résultat ou pas. Le gardien  sud-africain a été vraiment très bon, mais je pense que les deux équipes ont un  goût amer dans la bouche. Maintenant, nous sommes obligés de battre la France.  En première mi-temps, vraiment, nous imposions notre jeu, et j'étais surpris que  nous ne soyons pas revenus à la pause avec un but d'avance. Mais le Mexique  jouera de la même façon (offensive, ndlr) au prochain match. C'est comme ça que  nous jouons."

Christian Grégoire