Mondial Japon Honda
Le Japonais Honda | AFP - Monirul Bhuiyam

Le Japon donne la leçon

Publié le , modifié le

Le Japon se retrouve en 8e de finale du Mondial après avoir battu 3 à 1 le Danemark, qui se retrouve éliminé au Royal Bafokeng Stadium de Rustenburg, à l'occasion de la 3e et dernière journée du groupe E. Deux coups francs et un magnifique but, après une grande démonstration collective, ont qualifié des Japonais qui ont donné une belle leçon de football aux Danois.

Pour finir deuxième derrière les Néerlandais et affronter le Paraguay mardi,  le Japon a fait mieux que le nul dont il avait besoin, face à un Danemark dépassé qui n'a répliqué que par un but de l'attaquant Jon Dahl Tomasson (81e, 2-1). Le Japon avait depuis longtemps tué le suspense, grâce aux somptueux coups de patte de l'homme du match Honda (17e), décalé à 25 m à droite, du pied droit, puis d'Endo (du gauche) à 20 m dans l'axe (30e). Ce dernier est passé tout près de rééditer son exploit, un Sorensen fébrile laissant filer sa tentative sur la barre (50)... Pour illustrer la différence de niveau entre les deux équipes, l'attaquant  Okazaki concluait comme à la parade un joli mouvement collectif, avec un  festival de Honda (87e, 3-1).

Battue difficilement par les Pays-Bas (0-1) et tombeuse du Cameroun (1-0),  l'équipe de Takeshi Okada peut espérer plus grand destin que les 8e de  finalistes du Mondial-2002, disputé à la maison. Vifs, fluides, intelligents, organisés, les Japonais ont dominé physiquement et techniquement, à l'image du Grenoblois Matsui, proche d'ouvrir le score d'une jolie aile de pigeon (12e). Pour les Danois, cette sortie enterre une statistique: en trois participations (1986, 1998 et 2002), ils s'étaient toujours qualifiés. Hormis le penalty pour une faute du milieu Hasebe sur le défenseur Agger,  transformé en deux temps par Tomasson (81, 2-1), ils n'ont été dangereux que sur  une frappe de Soren Larsen sur la barre (80). Quant au buteur-vedette Nicklas  Bendtner, on ne l'a pas vu...

"Nous sommes forcément déçus. On avait l'ambition de passer. On avait pas mal commencé, on était en place, on contrôlait. Et on a  vite une grosse occasion. A ce niveau, il faut les prendre. Ils ont pris leurs  occasions. Après leur but, c'était une tâche titanesque. Mais on a gardé  courage. A la fin, on a tout tenté et on prend ce troisième but. Le match se  décide sur deux coups de pied arrêtés. Je laisse aux autres le soin de décider si ce Mondial est un échec. Les gens peuvent avoir l'opinion qu'ils veulent... On gagne ensemble et on perd ensemble.", a notamment indiqué le sélectionneur danois Morten Olsen.

Gilles Gaillard