Luis Fernando Suarez
Luis Fernando Suarez, sélectionneur du Honduras | AFP-Nicholas Kamm

Le Honduras "va se battre"

Publié le , modifié le

L'équipe du Honduras, présentée comme la plus faible du groupe E, et qui ouvrira le bal du Mondial pour l'équipe de France le 15 juin à Porto Alegre, ne vient pourtant pas dans la compétition en victime expiatoire. Consciente de ses limites mais aussi capable d'être transcendée par l'événement, l'équipe "va se battre" a promis son sélectionneur Luis Fernando Suarez.

S'il considère que pour son équipe, "être éliminée prématurément serait logique", Suarez tient malgré tout à prévenir ses futurs adversaires: "une chose est complètement sûre: même si on devait perdre nos trois matches, les joueurs honduriens vont tout donner, jusqu'à la dernière goutte de leur sang dans ces rencontres", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Washington où son équipe a débuté son stage de préparation finale avant la Coupe du monde.

"Cela serait une expérience plus que positive d'aller plus loin que les 8e de finale et de continuer à gagner des matches, même si les gens pensent que c'est peu naïf de penser comme cela", a estimé le technicien colombien.qui dirige l'équipe du Honduras depuis 2011. La sélection hondurienne navigue autour de la 50e place au classement FIFA mais elle espère malgré tout "réussir un coup" au Brésil pour ce qui sera sa troisième participation à une Coupe du monde après 1982 et 2010 où elle avait été éliminée au 1er tour à chaque fois.
Mais Luis Fernando Suarez voit plus loin: comme en 2006 où il avait atteint les 8e de finale alors qu'il dirigeait l'Equateur.

Christian Grégoire