Patrice Evra conférence de presse Mondial 2010
Patrice Evra | AFP - Patrick Hertzog

Le football français en plein chaos

Publié le , modifié le

Les Bleus ont refusé de s'entraîner dimanche pour protester contre l'exclusion du groupe de Nicolas Anelka, ce qui a provoqué la réaction de la Fédération qui dénonce "le comportement inadmissible des joueurs". Juste avant, une altercation entre le capitaine Patrice Evra et le préparateur physique Robert Duverne a été stoppée in extremis par le sélectionneur. Le directeur délégué de la FFF, Jean-Louis Valentin, a démissionné. Anelka a quitté l'Afrique du Sud.

"Tous les joueurs de l'équipe de France sans exception souhaitent affirmer leur opposition à la décision prise par la Fédération Française de Football d'exclure Nicolas Anelka", indique notamment le communiqué récupéré par François Manardo, l'attaché de presse de l'équipe de France, et lu par Raymond Domenech. "Nous regrettons l'incident qui s'est produit à la mi-temps du match France-Mexique, nous regrettons encore plus la divulgation d'un événement qui n'appartient qu'au groupe et inhérent à la vie d'une équipe de haut niveau", indiquent les joueurs. "A la demande du groupe, le joueur mis en cause a engagé une tentative de dialogue. Nous regrettons que sa démarche ait été volontairement ignorée". "De son côté, la FFF n'a a aucun moment tenté de protéger le groupe", accuse le communiqué des Bleus: "Elle a pris une décision sans consulter l'ensemble des joueurs, uniquement sur la base des faits rapportés par la presse. En conséquence, et pour marquer leur opposition à l'attitude adoptée par les plus hautes instances, l'ensemble des joueurs a décidé de ne pas participer à la séance programmée aujourd'hui" (ce dimanche). "Nous sommes conscients de nos responsabilités", indiquent cependant les joueurs, "celles de porter les couleurs de notre pays, également celles que nous avons à l'égard de nos supporteurs, des éducateurs, des bénévoles et des innombrables enfants qui ont les Bleus pour modèles". "Nous n'oublions rien de nos devoirs. Nous ferons tout individuellement et bien sûr sur le plan collectif pour que la France mardi retrouve son honneur par une performance enfin positive", conclut le texte, signé "les joueurs de l'équipe de France". "Merci beaucoup, au revoir", a ajouté Raymond Domenech à la fin de sa lecture.

La Fédération française de football (FFF) a dénoncé le "comportement inadmissible" des joueurs. "La FFF, par la voix de son président (Jean-Pierre Escalettes), présente ses excuses pour le comportement inadmissible des joueurs représentant notre pays", a déclaré la Fédération dans un communiqué diffusé sur son site internet. Dans son communiqué, la Fédération ajoute avoir "pris acte avec consternation du refus des joueurs de l'équipe de France de participer à l'entraînement de ce jour". "Ce mouvement inacceptable est la conséquence de l'éviction de Nicolas Anelka, selon eux, injustiée. Contrairement aux affirmations des joueurs, cette sanction a été prise à l'issue d'un long entretien avec l'intéressé, en présence du capitaine", précise la FFF. La Fédération précise qu'un conseil fédéral sera convoqué dès le terme du parcours de l'équipe de France à la Coupe du monde "pour tirer toutes les conséquences de la situation de crise ainsi créée".
Valentin claque la porte

Ce refus de s'entraîner devant le public à Knysna a provoqué la démission de Jean-Louis Valentin, directeur délégué de la FFF auprès de l'équipe de France, peu de temps après une altercation entre le capitaine Patrice Evra et le préparateur physique Robert Duverne. "Je suis écoeuré, je quitte mes fonctions", a lancé –très énervé- Valentin devant les nombreux journalistes présents dont Manu Tissier, notre confrère de France Télévisions qui nous a rapporté la scène. "Ce qui se passe cet après-midi, c'est un scandale. C'est un scandale pour la France, pour les Français, pour tous les jeunes qui sont venus cet après-midi", a lancé Valentin en criant. Puis il a ajouté, visiblement ému et au bord des larmes: "Je suis écoeuré et dégoûté, je quitte la Fédération, je quitte mes fonctions, je rentre à Paris, je n'ai plus rien à faire ici." A un journaliste qui lui demandait s'il était la "taupe" à l'origine de la publication dans la presse des propos qui a conduit à l'exclusion de Nicolas Anelka, il a répondu: "Pas du tout. Pas du tout."

Juste avant, le capitaine de l'équipe de France et le préparateur physique Robert Duverne ont eu un échange très vif avant la séance d'entraînement des Bleus, le sélectionneur Raymond Domenech s'interposant entre les deux. L'incident s'est produit alors que les autres joueurs étaient allés saluer le public qui avait été autorisé à assister à l'entraînement. Patrice Evra était en train de s'expliquer de façon vigoureuse avec Raymond Domenech juste avant l'arriver de Robert Duverne. Les deux hommes étaient au centre du terrain lorsque le ton est monté très rapidement. Raymond Domenech s'est interposé. Les joueurs ont alors parlé entre eux et sont retournés vers leur bus, signifiant leur refus de s'entraîner. Robert Duverne, furieux, jetait son chronomètre à l'autre bout du terrain. S'en est suivie une demi-heure de discussions: les joueurs dans leur car, le staff au bord du terrain, et Raymond Domenech et le président de la FFF Jean-Pierre Escalettes pour faire la navette entre les deux. Sans résultat tangible. L'équipe de France traverse depuis jeudi la pire crise de son histoire, après la révélation d'injures proférées par Nicolas Anelka à l'encontre du sélectionneur Raymond Domenech, qui ont entraîné l'exclusion du groupe de l'attaquant de Chelsea.

Nicolas Anelka, renvoyé del'équipe de France après la révélation dans la presse des insultes adressées àson sélectionneur Raymond Domenech, a quitté le camp de base après le dînersamedi soir et devait prendre un avion pour Londres dimanche après-midi, d'aprèsl'encadrement des Bleus. Le joueur de Chelsea devait décoller du Cap pour Londres, selon la mêmesource. Il aurait rejoint le Cap en voiture avec son avocat.

Voir la video

Voir la video

Voir la video