Domenech Raymond portrait soucieux 052010
Raymond Domenech | AFP-BELAID

Le dilemme de Domenech

Publié le , modifié le

Raymond Domenech se retrouve une nouvelle fois devant un dilemme. Le succès relativement encourageant face au Costa Rica avait permis au sélectionneur de croire en ce nouveau système. Le match nul obtenu face à la Tunisie a fait douté même les plus fervents défenseurs de ce séduisant 4-3-3. Fébriles en défense, peu fringuants en attaque, les Bleus peuvent-ils réellement bénéficier de ce dispositif ?

Après la prestation contre la Tunisie, la tentation sera grande pour Domenech de revenir à ce bon vieux 4-4-2. "Ca fait quatre  débuts de match, quatre débuts de mi-temps,  au début de chaque mi-temps, où on a du mal à se mettre dans le coup, on est un  peu hésitant. Il va falloir y réfléchir", a déclaré le sélectionneur qui, pour une fois, a évité la langue de bois en ne parlant que des côtés positifs.

Il reste néanmoins quelques grandes inconnues avec surtout une défense qui peut difficilement être stabilisée lorsqu'on la change aussi souvent. Le milieu de terrain, avec un seul récupérateur, ne casse-t-il pas au contraire l'élan offensif des Tricolores ? Les joueurs dits offensifs sont visiblement trop souvent tentés d'effectuer un travail de récupération...

Ainsi, Anelka pourtant si précieux à Chelsea, tarde à se mettre en valeur, la faute peut-être à ce système qui l'oblige à venir chercher les ballons trop loin. Comme souvent, l'attaque peine à se trouver un buteur, celui qui va être capable de débloquer la situation sur un coup de rein. Là encore, Domenech se trouve face à un dilemme, celui de conserver un schéma et des joueurs en place en espérant que la sauce prenne, ou revoir sa copie en lançant sur la pelouse des joueurs qui possèdent moins d'expérience, mais qui peuvent amener ce brin de fraîcheur dont on tant besoin les Bleus. Si le coach français a eu le mérite d'écarter gentiment Henry au profit d'Anelka, il n'a peut-être pas encore trouver la solution. Son buteur ne se trouve-t-il pas sur le banc (ou devant sa télé) ? Gignac, Cissé, les mauvaises langues diraient même Benzema... Mais là encore, bien malin celui qui possède la bonne réponse. 

Du côté des points positifs, le flanc gauche mis en place contre le Costa Rica avec Ribéry sur l'aile, Malouda en relayeur et Evra en défense a donné de bons résultats. Au niveau des individualités, Malouda, Ribéry, Toulalan et Evra ont démontré que l'on pouvait compter sur eux les entrées en jeu de joueurs tels que Diaby, capable d'aller percuter la défense adverse, de Valbuena, sorte de feu follet dont a bien besoin le flanc droit, voire de Cissé qui en quelques touches de balle a démontré qu'il avait gardé toute son explosivité, sont autant de bonnes nouvelles.

Mais le fameux 4-3-3 utilisé notamment par le FC Barcelone peut-il convenir à l'équipe de France ? N'est pas le Barça qui veut, surtout avec une équipe qui cherche ses repères. "L'équipe a confirmé son envie de jouer offensivement,  on a récupéré beaucoup plus de ballons, il y a une progression. Il faut concrétiser beaucoup plus d'occasions. Je préférerais qu'on marque sur des  actions de jeu plutôt que sur coups de pied arrêtés. On a marqué 2 buts puis un  but en deux matches, ce n'est pas forcément suffisant, mais on verra le 11  juin", a analysé Domenech, avouant à demi-mot qu'il n'a pas trouvé la panacée et c'est embêtant à 12 jours du coup d'envoi du Mondial.

Romain Bonte