Ricardo Teixeira
L'ancien président de la Confédération brésilienne de football, Ricardo Teixeira | AFP - RAHEL PATRASSO

Le Congrès du Brésil va enquêter sur la "Mafia du foot", et sur les différents présidents de la CBF

Publié le , modifié le

Le Congrès des députés du Brésil va lancer mardi une commission d'enquête parlementaire sur les "crimes commis par des dirigeants de la Fifa" brésiliens, a annoncé lundi l'Assemblée brésilienne sur son site officiel. Cette enquête vise "entre autres" l'ancien président de la Confédération brésilienne de football (CBF), José Maria Marin", qui fait partie des personnes interpellées dans le cadre de l'enquête du FBI sur la Fifa. La commission s'intitule, plus précisément: "Fifa, CBF et Mafia du football".

La commission aura pour but "de passer au peigne fin tous les contrats passés par la CBF et par le comité organisateur de la Coupe du Monde" de football, a indiqué à l´AFP le député João Derly, à l´initiative du projet. "Il faut enquêter pour tenter de bloquer les contrats illicites et tirer au clair de supposées irrégularités dans le choix de joueurs convoqués en équipe nationale et des adversaires de la Seleçao (équipe nationale brésilienne) pour les matches amicaux", a précisé Derly, ancien judoka et double champion du monde (2005 et 2007).

Une enquête avec en toile de fond la procédure de destitution de Dilma

Bien qu´il ait été responsable de la pétition qui a permis de créer la commission d'enquête, le jeune député (34 ans) craint qu'elle ne soit "dévoyée de son objectif réel" par le très controversé Eduardo Cunha, président de la Chambre des députés et fer de lance du processus de destitution de la présidente Dilma Rousseff. "J´ai appris aujourd'hui que le président de la commission sera certainement un allié de Cunha, alors qu´il existe un accord de gentlemen qui fait que normalement, celui qui apporte la pétition assume la présidence".

A lire aussi: La chronologie du scandale de la Fifa

José Maria Marin est l'un des sept dirigeants de la Fédération internationale de football (Fifa) arrêtés lors du premier coup de filet de Zurich (Suisse) de mai 2015, qui avait donné le coup d'envoi du plus grand scandale de corruption de l'histoire de la Fifa, entraînant la chute de son président Sepp Blatter. Extradé vers les Etats-Unis en novembre, M. Marin, 83 ans, qui a présidé la CBF de 2012 à début 2015, est accusé par la justice américaine d'avoir reçu des pots-de-vin lors de la négociation de droits commerciaux de compétitions sud-américaines. Dans l'attente de son jugement, il est en liberté conditionnelle, confiné dans son appartement de luxe de la Trump Tower, sur la 5e Avenue de New York.

Les successeurs de Joao Havelange sur la sellette

Son successeur, Marco Polo Del Nero, lui aussi visé par l'enquête américaine, a officiellement interrompu ses fonctions pour se consacrer à sa défense. Le prédécesseur de M. Marin, Ricardo Teixeira (1989-2012), est également dans le collimateur de la justice américaine. Avec son ex-beau-père, João Havelange, ancien président de la Fifa (1974-1998), il avait déjà été mis en cause dans le cadre du scandale ISL, société de marketing qui gérait les droits de transmission du Mondial dans les années 1990. ISL avait fait faillite en 2001, après avoir été accusée de verser des millions de dollars en pots-de-vin pour s'assurer des droits de diffusion.
L'an dernier, le Sénat brésilien avait déjà créé une commission pour enquêter sur les accusations de corruption dans le football brésilien, présidée par l'ancien attaquant Romario, aujourd'hui sénateur de Rio de Janeiro (sud-est).

"Nous allons travailler main dans la main avec la (commission d'enquête) du Sénat. Beaucoup de leurs requêtes ont été rejetées, mais nous allons faire en sorte de surmonter les obstacles", espère João Derly.

AFP