Chili - Beauséjour - Vidal
Jean Beauséjour félicité par ses partenaires pour son ouverture du score | AFP - PIERRE-PHILIPPE MARCOU

Le Chili impressionne !

Publié le , modifié le

Le groupe H s’est trouvé un bel outsider pour la qualification. Grâce à sa victoire très convaincante 1-0 contre le Honduras, le Chili a pu faire une démonstration de son armada offensive et se place comme le principal adversaire de l’Espagne pour la première place. Face à eux, sans avoir démérité, le Honduras s’est montré complètement impuissant en attaque et peut s'estimer heureux de n’avoir encaissé qu’un seul but.

Quelle envie ! Quelle intensité ! En 90 minutes, le Chili a réveillé cette Coupe du Monde ! Un grand merci aux hommes de Marcelo Bielsa pour avoir offert cette démonstration de « volonté ». Loin d’être intimidée pour leur retour en Coupe du Monde après 12 ans d’absence, la Roja s’est imposée 1-0 et prend provisoirement la tête du groupe H. Nul n’aurait parié sur l’affiche entre le Honduras et le Chili comme match référence. Mais force est de constater après cinq jours de compétition que les deux formations d’Amérique centrale et du Sud on offert l'une des plus belles oppositions de ce début de Mondial. Et le mérite en revient grandement au Chili. Pas de round d’observation, pas de sécurité dans les passes, la formation d’Amérique du Sud s’est livrée sans compter, du début au terme de la rencontre.

Devant 32 600 spectateurs, dans la belle arène de Mbombela, le premier match du groupe H a laissé entrevoir un festival offensif. Le score ne reflète pas la physionomie du match tant les occasions se sont multipliées sans réussite pour les coéquipiers de Claudio Bravo.

Les Chiliens étaient tout feu tout flamme pour leur match d’ouverture. Avec un début de match tonitruant, ils ont pris le jeu à leur compte multipliant très vite les occasions. Leur premier coup-franc, tiré juste au-dessus de la barre par Matias Fernandez donna le ton du match. Ils gardaient ensuite le contrôle du ballon, sortant vainqueurs de la bataille du milieu. Offrant un festival technique en milieu de terrain, la Roja se projetait rapidement vers les buts adverses, justifiant ses 32 buts inscrits en 18 matchs. Oublié le départ à la retraite de Marcelo Salas en 2008, la relève offensive est assurée !

Mais les Honduriens n’étaient pas en reste. Menés par leur capitaine Carlos Pavon, les hommes de Rueda, pour la deuxième Coupe du Monde de leur histoire, tentaient quelques frappes sporadiques à plus de 20 mètres. Seulement, avec un jeu offensif basé sur sa vitesse d’exécution, le Chili continuait de mettre à mal leurs adversaires. A la 25e minute, Arturo Vidal, sur corner, plaçait un bon coup de tête au-dessus des buts. Les joueurs commençaient à s'impatienter lorsqu'arriva la délivrance. A la 34e minute, Jean Beauséjour, ouvrait enfin le score à la conclusion d’une percée sur l’aile droite. Le malheureux défenseur Chavez repoussait le ballon sur l’ailier gauche du Chili.

Les deux équipes rejoignaient les vestiaires sur un score de 1-0. Les Chiliens, largement dominateurs restant incapables de faire le break.

En début de seconde période, Alexis Sanchez, le joueur d’Udinese allait se mettre en avant en passant tout près d’offrir une passe décisive après un slalom remarquable dans la défense hondurienne. Le match devenait complètement fou à l’heure de jeu. Sanchez toujours lui, ratait son face-à-face avec Valladares en croisant trop sa frappe du droit. Quelques minutes plus tard, c’était au tour de Ponce de placer une tête plongeante à bout portant. Mais Valladares sauvait le but sur sa ligne d’une parade magistrale. L'un des plus beaux arrêts du Mondial ! Le Chili archi-dominateur continuait de vendanger ses opportunités, sans se mettre à l’abri de l’égalisation.

Mais ces nombreuses mises en échec n’allaient pas décourager les coéquipiers de Jorge Valdivia. A un quart d’heure de la fin, Arturo Vidal, le joueur de Leverkusen, plaçait une frappe magnifique des 18 mètres stoppée par le portier hondurien. La fin de match ne débloqua pas davantage la situation, les offensives Chiliennes étant trop imprécises pour  faire la différence. Les Chiliens qui restaient sur 13 matches sans victoire lors de leur quatre dernières participations au Mondial ont enfin conjuré le sort.

Dans un groupe difficile avec l’Espagne grandissime favori et la Suisse, le Chili aurait certainement aimé soigner sa différence de but et pourra nourrir quelques regrets. Dans moins d’une semaine, la Roja retrouvera la Suisse et pourra déjà envisager la qualification en cas de nouvelle victoire.

Alexis Mendoza  (sélectionneur adjoint du Honduras) : "Ce n'est pas un très bon départ pour le  Honduras. Nous espérions bien commencer, nous n'y sommes pas parvenus. Nous  allons travailler. (Le but chilien) était heureux, même si ils ont eu d'autres  occasions. Il me semble que cela a été un match disputé, comme toujours dans les  premiers matches de poules. Nous allons essayer de nous améliorer."