Thiago Silva et David Luiz (Brésil-Colombie)
Thiago Silva et David Luiz | MARIUS BECKER / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE/AFP

Le Brésil tient sa demie !

Publié le , modifié le

Le Brésil s'est encore fait peur mais il s'est qualifié pour la demi-finale de la Coupe du monde à Fortaleza en éliminant le Colombie (2-1) grâce à des buts de ses défenseurs centraux Thiago Silva et David Luiz. Dans le dernier carré, les Auriverde affronteront l'Allemagne dans une affiche de prestige.

Fred et Oscar inexistants ? Neymar pas en réussite ? Qu'à cela ne tienne, le Brésil a fait appel à son arrière-garde pour terrasser une Colombie qui se sera battue jusqu'au bout. Pour la première fois en quarts de finale de leur histoire, les Cafeteros ont d'abord été dominés dans l'envie par un Brésil avant de donner des sueurs froides à tout un pays. Mais cette Seleçao, aussi poussive soit-elle, semble portée par le destin...

La revanche de Thiago Silva

Remis en cause par les supporters brésiliens et même par son entraîneur, tous lui reprochant d'être trop "sentimental" dans son rôle de capitaine, Thiago Silva répondait de la plus belle des manières dès le début du match. A la réception d'une déviation de David Luiz sur un corner, le défenseur parisien libérait tout un peuple en même temps qu'il terrassait ses propres démons intérieurs en reprenant victorieusement, et du genou, dans le but vide (1-0, 7e) ! L'explosion de joie libératrice de Thiago Silva, et la claque "amicale" magistrale qu'il assénait à David Luiz, en disaient long sur son soulagement... Dans le sillage de son capitaine, le Brésil tentait d'enfoncer le clou et de moudre ces "Cafeteros" toujours dangereux, à l'image de cette frappe de Cuadrado qui rasait le montant gauche de Julio Cesar (11e).

Mais la fougue était clairement auriverde durant cette première période. James Rodriguez, hormis quelques gestes de classe insolente, peinait à exister alors que, de l'autre côté, Hulk, dans la foulée de son match contre le Chili, continuait de beaucoup tenter, et toujours sans réussite (frappes détournées par Ospina aux 20e et 27e minutes). Pourtant, si elle maîtrisait son sujet devant une équipe qui ouvre le jeu, la Seleçao ne parvenait pas à se mettre à l'abri. Une nouvelle fois, il ne fallait pas compter sur Oscar et Fred, fantomatiques, pour le faire.

David Luiz, maître artificier

Du coup, la tension, lancinante, s'installait peu à peu sur la pelouse de Fortaleza dès la reprise. Certes, les Colombiens ne se montraient toujours pas dangereux, mais ils laissaient tout de même planer la menace d'une égalisation. Neymar, en dépit de tous ses efforts, ne créait pas la différence mais le Brésil ne s'en sortait finalement pas si mal sans les coups d'éclat de son joyau. Surtout quand il possède dans ses rangs un artificier du calibre de David Luiz. Sur un coup-franc placé à 30 mètres, le nouveau défenseur du PSG expédiait une extraordinaire frappe flottante qui trompait Ospina (2-0, 68e).

Le Brésil avait un pied et demi en demi-finale, et il le devait principalement à ses deux défenseurs centraux. La Colombie, cependant, n'abdiquait pas et James Rodriguez, d'une passe lumineuse, trouvait Bacca dans la surface. Sorti au devant de l'attaquant du FC Séville, Julio Cesar concédait le penalty de le peur. Impavide, le meneur de Monaco prenait le gardien brésilien à contrepied en inscrivant au passage son 6e but de la compétition (2-1, 80e). En dépit de quelques ultimes frayeurs, et de l'inquiétante sortie sur blessure de Neymar, le Brésil tenait sa proie et n'allait plus la lâcher. Sans toujours convaincre, la Seleçao s'apprête maintenant à défier l'Allemagne dans un choc explosif.

Revivez le match sur les réseaux sociaux

Julien Lamotte