Brésil Maicon Corée du Nord 062010
La joie de Maicon pour le Brésil | AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

Le Brésil sans convaincre

Publié le , modifié le

Le Brésil a battu la Corée du Nord (2-1) mardi à Johannesbourg pour son entrée en lice. Particulièrement peu en verve, manquant de rythme et d'inspiration, les Brésiliens ont batailler avant de faire céder des Nord-Coréens concentrés sur leur sujet et pleins d'abnégation, mais qui se sont parfois montré naîfs et ont souffert techniquement de la comparaison. Malgré tout les réalisations de Maicon et Elano ont permis à la Seleçao de prendre la tête du groupe G.

Bien sûr, à l'entame de cette rencontre,il semblait qu'il ne devait pas y avoir de rencontre entre un Brésil quintuple champion du monde, sûr de ses armes et de la qualité individuelle de ses joueurs, et une équpe de Corée du Nord qui disputait là sa première coupe du monde. Pourtant, les enfants de Pyongyang ont fait mieux que se défendre face à la Seleçao. Sans aucun complexe d'infériorité, ils attaquaient la rencontre pied au plancher, tissant un rideau défensif efficace, face à des Brésiliens certes techniquement supérieurs, mais qui avaient du mal à trouver des positions favorables. Les hommes de Dunga semblaient amorphes, manquant de rythme et évoluant sans grand conviction, alors que les Nord-Coréens leur opposaient leurs moyens, à savoir un collectif solidaire, et une volonté de se mettre rapidement en mouvement dès qu'ils récupéraient le ballon.
Comme côté Brésilien, Kaka manquait de jambes et d'inspiration, les Coréens s'enhardissaient sur des contres plutôt bien construits notamment avec Hong Yonh-jo très bon dans l'organisation. S'ils ne se sont créés en tout et pour tout qu'un seule occasion, le premier titre cadré par Jong Tae-se, les Brésiliens ne firent guère mieux avec une frappe écrasée de Maicon et une occasion de Robinho, le meilleur joueur auriverde de la première phase. Les Brésiliens, pourtant plus grands, ne parvenaient même pas à profiter de cet avantage de taille sur les coups de pieds arrêtés. Les Nord-Coréens visiblement mieux dans la partie récupéraient même quelques ballons qui leur permettaient de ne pas subir la pression. Les deux équipes se quittaient à la pause sur un score nul et vierge 0-0. 

Rappelés à leurs devoirs et à leur image par Dunga, les Brésiliens revenaient sur la pelouse avec davantage de volonté. Malgré tout, ils peinaient à trouver des solutions, à se mettre en mouvement, à cadrer leurs tirs, à faire les bons choix. En face, les Coréens reculaient en subissant l'impact. Ils se faisaient une première frayeur en concédant un coup-franc à 20 m que Bastos dévissait. Les Nord-Coréens gardaient leur schéma défensif fait d'abnégation et d'organisation, mais on sentait qu'ils étaient en difficulté dès que les Brésiliens accéléraient, ce que ceux-ci ne faisaient que trop rarement, heureusement pour les hommes de Kim Jon-hun. Le Brésil, malgré le manque de fluidité et d'enchaînement dans son jeu, allait tout de même réussir à faire sauter le verrou coréen, sur un débordement sur la droite de Maicon qui entrait dans la surface et expédiait le ballon des les buts coréens d'un bel extérieur du pied, profitant d'une erreur de placement du gardien Hi Myonhg-huk (1-0, 55e).
Sans avoir développés un jeu très efficients, les Brésiliens basculaient tout de même en tête. Ce but avait l'avantage de modifier la donne pour des Coréens qui devaient sortir de prudence pour se porter à l'offensive, avec les risques de contres que cela pouvait engendrer. D'autant que les Brésiliens faisaient preuve davantage de rigueur qu'en première période, et que les Coréens commençaient à connaître quelques soucis physiques. Certes, les joueurs de la Seleçao  s'en remettaient souvent aux gestes individuels et manquaient un peu de vitesse et d'initiative collective. Pourtant, ils allaient étouffer les derniers espoirs coréens, sur une action rondement menée, une ouverture de Robinho dans l'appel et la course d'Elano qui trompait Hi Myong-huk (2-0, 71e). 

Les dernières minutes étaient difficiles pour les Coréens, toujours très attentistes en défense alors  que le Brésil rassuré par le score se montrait  plus entreprenant en se procurant encore quelques bonnes occasions. Sans parvenir cependant à enfoncer le clou. Les Nord-Coréens hésitaient à sortir, mais jouaient malgré tout leurs chances. Belle récompense: sur la seule grosse occasion de la 2e mi-temps, , une ouverture dans le dos de la défense brésilienne, Ji Yun-Man prenait ses adversaires de vitesse et surprenait Julio Cesar (2-1, 88e). Mais ce but venait trop tard. Le Brésil assurait l'essentiel avec une victoire face à une équipe de Corée du Nord courageuse et volontaire mais techniquement battue, mais sans se montrer vraiment convaincant.

Réactions
Dunga (sélectionneur du Brésil): "Toute  sélection au Mondial doit avoir de l'efficacité, offensive et défensive. Le  Brésil a fait un bon match, surtout en second période. En première période, il  nous manquait les automatismes, de la vitesse dans les passes, et nous avons  mieux réussi la deuxième période. Je suis satisfait de la victoire. C'était  notre premier match, il y avait de la nervosité, après de longues semaines  d'entraînement. Dans notre esprit et celui des joueurs, nous voulons plus. Nous  ne nous contentons pas de ça, nous voulons plus".

Kaka (milieu de terrain  du Brésil): "Nous retirons beaucoup de choses positives de ce match, mais nous  devons encore nous améliorer. Nous avons connu une première période délicate,  avec un manque de vitesse, mais on a pris les trois points. Je suis content de  mon premier match, sachant que je revenais de blessure, et j'ai joué 70 minutes.  C'était très difficile, c'est une équipe qui se ferme vite et bien. Nous avions  peu d'espaces, ils ont très bien joué. En première période, ils ont bien fermé,  en deuxième, ils ont laissé plus d'espaces et nous avons fini par marquer deux  buts."

Elano (milieu du Brésil, auteur du second but): "Pour moi, les trois  semaines de préparation avant le Mondial ont été très importantes, pour  l'adaptation, la préparation physique, l'alimentation. Je suis préparé pour  progresser et aider la sélection. Je suis d'abord content de la victoire, plus  que de mon but, même si maintenant mon nom est enregistré dans la Coupe du  monde, c'est très gratifiant et je suis très heureux. C'est une nuit spéciale  pour l'anniversaire d'hier et la victoire d'aujourd'hui. A chaque match, il faut  s'améliorer, on n'est jamais à 100%. Le principal objectif est de gagner. On a  commis quelques erreurs au début du match qu'on a corrigées en seconde période.  Mais il faut avoir de la patience et de la tranquillité pour continuer à  progresser tout au long de la compétition."

Christian Grégoire