Le Brésil ouvre face à la Croatie

Le Brésil ouvre face à la Croatie

Publié le , modifié le

Après sept ans de soubresauts et de préparation troublée, le Brésil donne jeudi le coup d'envoi de "son Mondial" de football, cette fois sur le terrain face à la Croatie. Les 23 Brésiliens emmenés par Luiz Felipe Scolari, l'entraîneur du titre 2002, savent qu'ils n'ont d'autre choix que de remporter à domicile le "Hexa" (sixième titre mondial) et pour cela de commencer par une victoire à Sao Paulo à l'Arena Corinthians, où la peinture sera encore fraîche pour accueillir les joueurs. Ce sera en tout cas le premier match à pleine capacité dans cette enceinte livrée hors-délais par les Brésiliens.

Outre les supporteurs, de nombreux observateurs croisent aussi les doigts en espérant une victoire de la Seleçao. Jamais une équipe n'a eu autant de pression sur ses résultats. "Nous avons l'obligation de gagner le titre. On n'organise pas la Coupe pour être troisième ou quatrième", a résumé "Felipao", alias Scolari, qui a su créer une union sacrée autour de sa personne.

Les Brésiliens ont d'ailleurs la faveur de la plupart des pronostiqueurs. La seleçao offre un jeu solide avec "la meilleure charnière centrale du monde" (Thiago Silva-David Luiz), selon le milieu défensif Luiz Gustavo et surtout sa star Neymar, en qui des millions de Brésiliens voient le successeur du roi Pelé. Le groupe brésilien présente indiscutablement des atouts offensifs de premier ordre pour aller chercher le titre. Mais il ne faudra pas aller trop vite.  

Les Croates à prendre au sérieux

L'adversaire de ce match d'ouverture est tout sauf un cadeau. La Croatie , sans doute l'équipe la plus forte du groupe A (Mexique, Cameroun) derrière le Brésil, a largement les moyens de gêner son hôte. Souvent considérés comme les Brésiliens de l'Europe, les Croates, comme les Serbes que les Brésiliens n'ont battu que 1-0 lors de leur dernier match de préparation, ont des joueurs évoluant dans les plus grands clubs européens avec notamment Olic (Wolfsbourg), Modric (Real Madrid) ou Rakitic (Séville). Certes, Mandzukic (Bayern) est suspendu, mais les Croates ont prouvé qu'ils avaient les nerfs solides en passant par un barrage contre l'Islande pour se qualifier pour le Mondial.

Vidéo : les alentours du stade quelques heures avant le match

Christian Grégoire