Brésil Allemagne
Brésil-Allemagne. | ADRIAN DENNIS / AFP

Le Brésil humilié aux yeux du monde

Publié le , modifié le

Sans pitié, sans concessions, l’Allemagne a infligé une déculottée aussi historique qu’humiliante au Brésil en demi-finale de Coupe du Monde (7-1). Une vraie démonstration de puissance qui renforce encore un peu plus le statut de grand favori de l’Allemagne.

Trente minutes. C’est le temps qu’il aura fallu à l’Allemagne pour mettre tout un pays à genou, pour le plonger dans une tristesse inconsolable. Trente minutes inimaginables, presque surréalistes, qui auront vu les hommes de Joachim Löw inscrire cinq buts à une équipe Brésilienne sans réaction. Humiliés, le regard dans le vide, les Auriverde ont étalé au grand jour les limites entrevues tout au long de la compétition. Privé de Neymar, blessé, et de Thiago Silva, suspendu, le Brésil s’est fait marcher dessus par une équipe allemande impressionnante de maîtrise et d’efficacité avant de sauver l'honneur en fin de match (7-1). Quel coup de tonnerre. 

Müller, encore lui

Il n’aura fallu que quelques minutes pour se rendre compte que ce match serait compliqué pour le pays hôte. Désorganisé en phase offensive, le Brésil est en danger sur chaque contre-attaque allemande. Les hommes de Luiz Felipe Scolari parviennent à retarder l’échéance un temps, mais la sanction inéluctable finit par tomber. A la 11e minute, sur son premier corner, l’Allemagne ouvre le score par l’inévitable Müller, seul au deuxième poteau pour reprendre le corner de Kroos. Une première illustration du laxisme défensif brésilien, qui leur coûtera cher dans les minutes suivantes.

En 18 minutes, le Brésil va littéralement couler, encaissant la bagatelle de cinq buts, une première depuis 1963 et leur défaite en Copa America face à la Bolivie (défaite 5-4). Müller (11e), Klose (23e), Kroos (24e, 26e) et Khedira (29e) vont tour à tour plonger l'Estadio Mineirao dans la torpeur. Le spectacle est terrible, et les plans du réalisateur sur le public en larmes accentue encore un peu plus l’aspect dramatique de cette humiliation publique. 

L'Allemagne en remet une couche

Si le Brésil est en perdition, le mérite en revient tout autant aux Allemands. Précise, puissante, implacable de réalisme, la Mannschaaft récite son football sans pitié pour son adversaire. En deuxième période, les Allemands gèrent leur avantage mais ne se font pas prier pour en remettre une couche dès que l'occasion se présente. Entré en jeu dix minutes plus tôt, Schürrle aggrave le score sur un service parfait de Lahm au point de pénalty (69e), avant de donner une ampleur vertigineuse à ce massacre juste avant la 80e minute en inscrivant un but absolument sublime. 

Hagard, le Brésil attend impatiemment le coup de sifflet final. Juste avant la fin du match, Mesut Özil se retrouve en face à face avec Julio Cesar mais manque son duel en envoyant le ballon au ras du montant gauche du portier brésilien. Une action qui permettra aux locaux de sauver - un peu -  l'honneur : sur l'action suivante, Oscar crochète Boateng avec classe et trompe Neuer d'un tir croisé. Mais le constat reste inchangé : le Brésil vient de perdre 7-1 en demi-finale de "sa" Coupe du Monde. 7-1. Surréaliste. 

Revoir le film du match ici
Lire "Grande Allemagne ? Non, minus Brésil !"

Victor Patenôtre