Argentine équipe pose photo 2010
L'équipe d'Argentine | AFP - Juan Mabromata

L'Argentine à la croisée des chemins

Publié le , modifié le

Très en vue depuis le début de ce Mondial, l'Albiceleste de Maradona a encore beaucoup à prouver. Au pays, on attend un sacre et rien d'autre. A partir des quarts de finale, l'affaire se corse car l'Allemagne s'annonce avec fracas, fort d'un probante victoire contre l'Angleterre (4-1). Le rendez-vous est pris pour samedi 16h00. Attention, ça va cogner !

En 2006, les deux équipes s'étaient affrontées en quarts de finale. La qualification s'était réglée aux penalty (1-1, 4 t.a.b à 2). Malgré une belle prestation des sud-américains, c'est la Mannschaft qui avait gagné son ticket. Quatre ans après, l'heure de la revanche a sonné pour l'Albiceleste. "J'ai souffert de cette élimination. Nous avions le match en main et nous l'avons perdu aux tirs au but", se souvient Carlos Tevez qui se couche chaque nuit en rêvant d'être champion du monde. A l'image de l'Argentine, le taureau de Manchester United évolue en pleine confiance. Derrière son sélectionneur, c'est tout un groupe qui pousse et qui avance contre vents et marées. La campagne d'éliminatoires semble si loin pour Messi et les siens que tous les espoirs sont permis. Reste à éliminer l'Allemagne, une équipe joueuse et réaliste. Bien plus que le Mexique, malheureux battu des 8es. Si offensivement les deux équipes ont apporté des gages intéressants, c'est toujours en défense que le doute persiste. Dans l'axe, on est vulnérable de chaque côté et la moindre erreur se paiera cash.

Au cours de la semaine, la tension a commencé à monter entre les deux équipes. Bastian Schweinsteiger a joué un jeu très dangereux en contestant le comportement des "Argentins sur le terrain, la façon dont ils  gesticulent, dont ils essaient d'influencer l'arbitre, c'est irrespectueux",  a-t-il dit avant de s'en prendre aux supporters gauchos. "On a aussi  entendu que les supporteurs argentins s'étaient rassemblés dans le stade sans  avoir les bons tickets. Cela montre leur caractère et leur mentalité." Pour allumer le feu, il n'y a rien de mieux. En 2006, "Schweini" se souvient surement qu'une bagarre avait éclaté entre les deux équipes après le match. Heureusement, il y a des joueurs qui gardent la tête sur les épaules. Le grand espoir allemand Özil est de ceux-là. "On connaît la qualité de cette équipe argentine , elle a des joueurs  exceptionnels, de classe mondiale, mais il ne faut pas en avoir peur, nous aussi  nous avons beaucoup de qualités, a expliqué le joueur du Werder Brême. L'objectif est de gagner ce match, on a montré de quoi on était capable contre l'Angleterre". Si l'arbitre ne s'en mêle pas, le spectacle et peut-être le suspense seront de la partie.