Argentine Tevez joie 062010
L'Argentin Carlos Tevez sous le maillot argentin | AFP - DANIEL GARCIA

L'Argentine élimine un Mexique malheureux

Publié le , modifié le

L'Argentine a assuré l'essentiel en battant le Mexique (3-1) en 8e de finale dimanche à Johannesburg. Après l'ouverture du score des Argentins sur un but non valable pour hors-jeu, les Mexicains ont accusé le coup et ont mis trop de temps à revenir dans la partie. Le score était fait. Réalistes en diable les hommes de Maradona ont su gérer leur avantage face à des Mexicains convaincants et combatifs, mais qui ont payé quelques grosses fautes.

Il suffit parfois d'une erreur pour faire basculer une rencontre et pour stopper une belle aventure. Pour le Mexique, ce match fut avant tout une somme d'erreurs qui leur furent défavorables. Jusqu'à ce premier but de la 26e minute, les hommes de Aguirre étaient bien dans la partie, parvenant à étirer la défense argentine pour porter le ballon, alors que les hommes de Maradona avaient du mal à prendre le meilleur au milieu de terrain, dans une partie engagée sur un faux rythme. Les Mexicains dégainaient les premiers, d'abord sur un tir loin de Salcido s’écrasant sur la transversale de Romero, puis sur une reprise de Giovanni, passant à droite des cages du portier argentin.

L’Argentine faisait tourner le ballon mais avait peinait à passer le premier rideau mexicain, procédant par accélérations sporadiques. Messi pourtant, toujours virevoltant, créait une première occasion pour des Argentins, refroidis par le coup de canon de Salcido, et qui hésitaient à se livrer tout à fait. Le match basculait donc sur un fait de jeu. Une balle perdue dans son camp suite à un mauvais contrôle par Bautista, rapidement récupérée par Messi, portant le danger sur le but de Perez. Celui-ci repoussait une première fois devant TEvez, mais Messi à terre à terre parvenait à le retransmettre à Tevez qui le récupérait pour le précipiter au fond des filets. Ce but était entaché d’un hors jeu manifeste de l’attaquant argentin, mais le juge de touche n’ayant rien signalé, après quelques palabres, l’arbitre de la rencontre l’Italien Rosetti décidait de valider le but à la stupéfaction du banc mexicain dans un stade en colère. C’étaient là deux erreurs consécutives, celle de Bautista et celle de M.Rosetti et elles avaient pour conséquence de rompre le charme d’un match que l’on attendait haut en couleurs. D’autant que les Mexicains eurent bien du mal à digérer cette injustice et ce but. Logiquement, et pourrait-on dire effet inévitable de cette situation, le jeu se durcissait du côté des Mexicains qui avaient du mal à retrouver le sens du jeu. Et leur concentration. Sur une nouvelle erreur de défense, Osorio manquant son contrôle avant sa relance, le latéral mexicain faisait une passe involontaire à Gonzalo Higuain qui profitait de ce cadeau inattendu et n’avait aucun mal à tromper Perez pour la deuxième fois (2-0, 33e).

Après quelques minutes de flottement, les Mexicains revenaient un peu dans la partie toujours par des frappes de loin signées Salcido ou Hernandez. Mais les deux équipes entraient aux vestiaires avec cet avantage flatteur de deux buts, et dans la confusion la plus totale, M.Rosetti étant pris à parti par le clan mexicain. Au retour, les esprits s’étaient calmés. La Tricolor n’avait sans doute pas avalé la pilule, mais revenait avec de la concentration, une envie de jouer, s’appliquant dans ses transmissions et allant porter le danger vers les buts de Romero. Pourtant, malgré ces intentions intéressantes, et leur volonté d’y croire encore, et après près de dix minutes à aller de l’avant, ils allaient être crucifiés sur un ballon perdu. Les Argentins remontaient tranquillement et Tevez, à 22/23 m, après un contrôle et un contre favorable, allumait un pétard qui expédiait le ballon dans la lucarne gauche de Perez (3-0, 52e). Le match était plié. Et du coup, devenait un peu plus ouvert. Les occasions se multipliaient pour l’Albiceleste avec Tevez encore, Messi, ou Higuiain, comme pour le Mexique avec notamment un beau déboulé de Terrado, ou un centre de Barrera repris rageusement de la tête par Hernandez, le ballon frôlant les buts argentins. Les Mexicains continuaient à mettre du volume de jeu, en cherchant des situations favorables. Salcido adressait d’abord un avertissement sans frais à Romero. Puis quelques minutes plus tard, les Mexicains étaient enfin récompensés de leurs efforts.

Sur une belle ouverture, Giovani trouvait Hernandez qui s’amenait parfaitement son ballon avant d’ajuster le gardien argentin (3-1, 71e). Les Mexicains poussaient encore face à une équipe d’Argentine qui semblait laisser venir sans s’affoler. Et tenter quelques contres. Une tête manquée de Hernandez, quelques belles montées offensives tricotées par Messi ou par Barrera alors que l’intensité retombait au fur et à mesure que les minutes passaient, les deux équipes cherchant leur deuxième souffle. Le Mexique se créait encore une ou deux belles occasions et de l'autre côté, en toute fin de partie, Messi passait dans un trou de souris pour adresser un dernier tir dangereux. Rien ne bougeait plus au score et la Tricolor, pourtant solide jusque là, et pour le moins maudite, devait s’incliner pour la cinquième fois consécutive en 8e de finale d’une coupe du monde. Sans être vraiment dominatrice, L’Argentine avait su profiter des fautes, du contexte et des circonstances pour construire ce succès qui lui permet de poursuivre sa route. En attendant l’Allemagne.

Déclarations
Diego Maradona (sélectionneur de  l'Argentine): "Ca a été une partie très tendue. On savait parfaitement que si on  arrivait à mettre notre jeu en place, à attaquer, on y arriverait. On a été  supérieurs pendant 90 minutes. Je félicite l'équipe, qui a fait très bien les  choses. On a tenu la balle, on l'a gardée. On savait de toutes façons qu'avec la  tactique qu'on avait mise en place, ils allaient rompre à un moment ou un  autre".

Carlos Tevez (attaquant de l'Argentine) "C'est important d'être qualifié pour les quarts de finale. Mes buts ? Il  fallait que je sois efficace, c'est essentiel pour l'équipe. Maintenant, il faut  en profiter pour se reposer avant le quart de finale face aux Allemands, quatre ans après notre défaite au Mondial-2006. Il faut que l'on se repose et puis on  ne va pas oublier de profiter de ce qui nous arrive".

Javier Aguirre (sélectionneur du  Mexique): "Dans les premières minutes, on était supérieurs aux Argentins.  Ensuite, on a pris un but hors-jeu et on fait une erreur de défense. Deux erreurs qui ont changé drastiquement le cours de la partie. On s'est  déconcentrés, on a perdu notre organisation. Et on a pris le troisième but, qui  paraissait fatal et qui l'a été. Mais on a fait face, on s'est battus jusqu'au bout avec courage. Je ne veux pas parler des arbitres ou seulement des arbitres mexicains  présents au Mondial qui s'en sont bien tirés jusque-là".