Stéphane Lannoy arbitre français Mondial 2010
L'arbitre français Stéphane Lannoy | AFP - Franck Fife

L'arbitrage français "triste" et "déçu"

Publié le , modifié le

Quelques heures après l'annonce de la liste des 25 trios d'arbitres et des 8 duos d'arbitres de soutiens pour la Coupe du monde 2014, de laquelle les représentants français sont absents, les réactions des professionnels de l'arbitrage et du football tricolore affluent de toutes parts. Si la "déception" est de mise, tous espèrent apprendre de cet échec cuisant.

La France, encore sous le choc, cherche à comprendre. Comprendre pourquoi ses hommes en noir n'ont pas été retenus par la FIFA mercredi pour officier lors du Mondial-2014 au Brésil, une première depuis 1972. "C’est tout d’abord une grande déception pour l’arbitrage français, a déclaré Bruno Derrien, ancien arbitre international, dans un entretien au Figaro.fr. C’est toute la grande famille des arbitres de football qui est triste, malheureuse. Comme les supporters sont ravis de voir l’équipe de France se qualifier pour les grandes compétitions internationales, les arbitres le sont aussi quand ils ont un ambassadeur, un porte-parole, au sein des grandes compétitions. Pour susciter des vocations, on a également besoin de grands arbitres reconnus, charismatiques. Donc je ressens bien sûr énormément de déception." 

Le Graët lance un message d'apaisement

Un sentiment partagé par la Fédération française de football (FFF), et son président Noël Le Graët qui s'est fendu dans la foulée d'un communiqué. "Nous avons pris connaissance ce matin de la décision de la FIFA de ne pas retenir d’arbitres français pour le Mondial au Brésil, a-t-il écrit, la plume lourde. Nous sommes évidemment très déçus. Pour Stéphane Lannoy, auteur pourtant d’excellentes prestations sur la scène internationale, et pour l’arbitrage français, dont la progression venait d’être saluée avec la nomination d’un dixième arbitre international. Cette décision nous démontre que notre arbitrage, actuellement en pleine réforme, doit encore accomplir du travail pour faire partie du plus haut niveau international. C’est notre objectif. Et nous allons redoubler d’efforts pour y parvenir."

Déçu mais respectueux du choix de la FIFA, Pascal Garibian -directeur technique de l'arbitrage depuis juillet dernier, lui a embrayé le pas en parlant du "futur", sans revenir sur les années Marc Batta, son prédécesseur au poste et jugé par beaucoup à l'origine de ce fiasco tricolore. "Mon objectif, c'est le présent, le futur, le reste ne m'intéresse pas, a-t-il assuré à l'AFP. Le futur, c'est de permettre à nos jeunes arbitres de progresser sur la scène internationale, je pense à Ruddy Buquet, Nicolas Rainville, Clément Turpin, Anthony Gautier. Il faut leur permettre de rayonner dans la sphère internationale. Il nous faut aussi travailler à la détection des meilleurs talents, puis les aider à grimper les marches, au niveau national puis international." Tout cela dans l'idée d'éviter un revers dans quatre ans pour l'Euro-2016...

A lire aussi :

francetv sport @francetvsport