Sabri Lamouchi
Sabri Lamouchi, le sélectionneur de la Côte d'Ivoire, au milieu de ses joueurs | AFP - ARIS MESSINIS

Lamouchi : "rentrer dans l'histoire"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur français de la Côte d'Ivoire Sabri Lamouchi a déclaré lundi que ses joueurs, dont il a loué le professionnalisme, avaient "tous envie de rentrer dans l'histoire", avec une première qualification mardi pour les 8e de finale du Mondial.

Le deuil qui a touché les frères Touré a-t-il eu une influence sur votre travail ?
Sabri Lamouchi
: "Il est évident que ce qui est arrivé est une tragédie. Au nom de toute  la délégation je présente mes sincères condoléances à toute la famille Touré.  Il y a aussi eu de graves inondations en Côte d'Ivoire et on pense aux gens qui  ont perdu beaucoup. Par le match de mardi, on a la possibilité de faire oublier  un peu ces évènements tragiques.

Drogba va-t-il être titulaire (contre la Grèce)?
S L
: "Moi je sais ce que je vais faire. Mais j'ai la chance de pouvoir  compter sur 23 Ivoiriens. Ils ont tous envie de rentrer dans l'histoire. Nous  avons fait 40 jours de préparation, nous avons deux ans de travail en commun.  Et je ne les ai jamais vus aussi bien travailler. Je n'ai pas donné une amende,  ils se sont gérés comme des grands professionnels. Ils se sont préparés comme  il faut pour une compétition importante pour eux, pour la Côte d'Ivoire et pour  toute la population. Deux ans après avoir pris la sélection et même si ça n'a  pas toujours été très facile, je suis très fier d'être le sélectionneur des  Eléphants. La confiance que je reçois de mes joueurs me remplit de bonheur.  Mardi, j'espère qu'ils récolteront ce qu'ils ont semé pendant deux ans  d'efforts et de sacrifices."

Vous êtes tout près d'une qualification historique...
S L
: "On est venu ici avec la volonté de sortir du groupe. C'est difficile et  ça le sera encore plus mardi contre une équipe qui perd très rarement deux  matches d'affilée. Il faudra être patient, ne pas faire d'erreur. On s'attend à  tout sauf à une partie facile."

Allez-vous surveiller pendant la partie le résultat de l'autre match ?
S L
: "On suivra ça mais le meilleur des calculs est de ne pas en faire. On  sait qu'en gagnant on sera automatiquement dans les 16 meilleures équipes du  monde. La Grèce aussi veut bien figurer. Ce sera une bataille."

Pouvez-vous dire un mot sur les bonnes performances de Gervinho ?
S L
: "Je suis content que quelqu'un en parle. Gervinho a fait deux matches  assez formidables et il peut faire la différence à tout moment. Mais moi, je ne  peux pas parler d'un seul joueur. Alors je suis content que quelqu'un le fasse  pour moi, parce que j'ai cru que c'était passé inaperçu. Il a été très bon  contre le Japon et formidable contre la Colombie."

AFP