L'Allemagne ne fait pas de sentiment

L'Allemagne ne fait pas de sentiment

Publié le , modifié le

Malgré les liens d'amitié entre les sélectionneurs des deux pays, l'Allemagne a joué le jeu et dominé les Etats-Unis 1-0. Les Allemands terminent en tête du groupe G mais les USA n'ont pas tout perdu car la petite victoire du Portugal sur le Ghana (2-1) leur offre la qualification pour les huitièmes de finale.

Il n'y a pas eu d'arrangements. Pourtant, la tentation était grande d'assurer la première place pour les Allemands et la qualification pour les Américains avec un petit match nul. Inévitablement, on a repensé à ce drôle de RFA – Autriche lors de la Coupe du monde 1982 qui avait éliminé l'Algérie (1-1). La proximité géographique et historique des deux pays n'était malheureusement pas innocente dans ce coup fourré. Jürgen Klinsmann et son successeur sur le banc de la Mannschaft Joachim Löw ont répété les jours précédents le match qu'il n'existait pas de "pacte d'anti-agression". En première mi-temps, il n'y a pas eu d'agression non plus entre les deux formations "amies". Après dix minutes animées, le match s'est mis à ronronner jusqu'à tomber dans un sommeil assez profond. Et quand le Portugal a marqué, on s'est beaucoup regardé… Que fallait-il retenir ? Un bon tir de Zusi au dessus (22e) et une frappe d'Özil sur Howard (35e).

Comme la France face à l'Equateur mercredi, l'Allemagne avait toutefois besoin de garder sa dynamique positive et d'engranger de la confiance. Les Bleus avaient les jambes lourdes, les Allemands les ont subitement retrouvées après la pause. Cela coïncidait avec l'entrée en jeu du vétéran Klose à la place de Podolski. Le meilleur buteur allemand en Coupe du monde a failli signer son entrée mais il était un peu court avec sa tête (52e). Pas de souci, d'autres allaient prendre le relais. Howard réalisait une première parade sur une tête de Höwedes. Mais quand le ballon arrivait sur Müller, l'attaquant du Bayern Munich marquait d'une frappe enroulée magistrale (1-0, 55e).

Un oeil sur la pelouse et un autre sur le résultat entre Portugais et Ghanéen, les Américains tremblaient jusqu'au bout. Il leur fallait préserver une différence de but favorable sur les Lusitaniens. Les USA gérait donc cette défaite sans trop de mal tout en essayant de placer un ou deux contres. Rattrapé par Lahm, Bedoya ratait toutefois le nul dans les arrêts de jeu mais l'essentiel était d'obtenir son billet pour les huitièmes. C'était sans regret. En plus, avec ce résultat, tout le monde se quitte bons amis. 

Xavier Richard @littletwitman