L'Allemagne décroche sa 4e Coupe du monde contre l'Argentine

L'Allemagne décroche sa 4e Coupe du monde contre l'Argentine

Publié le , modifié le

Dans une réplique de la finale du Mondial-1990, l'Allemagne a battu l'Argentine sur le même score (1-0) grâce à un superbe but de Götze en prolongation (113e). Au moins en demi-finale de chaque Coupe du monde depuis 2002, la Mannschaft remporte son premier titre depuis l'Euro en 1996. Comme lors de la dernière finale entre les deux équipes (RFA-Argentine en 1990), les Sud-Américains n'ont pas cadré un seul tir de la rencontre, ce qui ne leur était plus arrivé en Coupe du monde depuis... le Mondial italien. Pour la septième fois en 20 éditions, la finale de la Coupe du monde est passée par la prolongation. Et Lionel Messi n'est toujours pas parvenu à succéder à Diego Maradona.

Une finale, cela se joue à rien. Et le Mondial-2014 a beau être le deuxième le plus prolifique de l'Histoire, il n'y a pas eu de feu d'artifice offensif. Il y avait l'ours allemand, sûr de son jeu, et les abeilles argentines, prêtes à piquer à tout moment. Au milieu, le miel, ce trophée tant rêvé depuis un mois. Et chacun craignait le coup fatal. Et pour n'avoir pas cadré la moindre frappe du match, pour la première fois en Coupe du monde depuis 1990 et la finale contra la RFA, les Argentins ont subi le même sort. En Italie, c'était Brehme qui avait marqué à la 85e minute. Au Brésil, c'est Götze à la 113e. 

L'opposition de style était flagrante. L'Allemagne tentait d'imposer sa maîtrise du jeu, sa volonté de bien construire. L'Argentine attendait les ballons de contre pour lancer leurs flèches Lavezzi et Messi. Après une mi-temps, le contraste était énorme: seulement 29.6% de possession de balle pour les Sud-Américains. Symbole de cette opposition tactique: la première action incisive du match. A la 3e minute, l'Allemagne bénéficiait d'un coup franc pour une faute de Rojo sur Muller. La Mannschaft le tirait très mal, avec une frappe dans le mur. Et sur le contre, Lavezzi remontait le terrain et glissait à Higuain dont la frappe était trop croisée.

Vitesse offensive contre lourdeur défensive, guet-apens incessants contre rouleau-compresseur, le match était un duel acharné. Chacun avait ses mouvements, comme ce débordement et ce centre en retrait de Messi bien renvoyé (9e), ou ce centre de Lahm pour un Klose trop juste (13e). Mais la plus grosse occasion était à mettre à l'actif de l'Albiceleste. En voulant remettre en retrait de la tête pour son gardien, Kroos donnait le ballon à Higuain qui se trouvait seul aux 18m. Mais il ratait complètement se frappe, un peu à l'image du raté de Stéphane Guivarc'h en finale contre le Brésil en 1998 (21e). Il y avait surtout cette épaule en avant de Garay qui atteignait le visage de Kramer, appelé de dernière minute pour compenser la blessure de Khedira à l'échauffement (17e). Sonné, l'Allemand cédait sa place à la 31e minute pour Schürrle.

Gonzalo Higuain marque mais il est signalé hors jeu à la 30e minute de la finale
Gonzalo Higuain marque mais il est signalé hors jeu à la 30e minute de la finale

Les Argentins ouvraient ensuite la marque à la 30e minute, suite à une belle ouverture de Messi pour Lavezzi dont le centre trouvait Higuain qui décroisait sa reprise. Mais le joueur de Naples était hors jeu. L'Allemagne haussait le ton à son tour, avec une frappe de Schürrle repoussée du poing par Romero (37e), lequel était sans réaction sur une tête de Höwedess sur son poteau suite à un corner de Kroos (45e+1). Entre les deux occasions allemandes, Lionel Messi avait réalisé un petit festival sur le côté droit, mais Boateng était revenu pour dégager le ballon sur sa ligne (40e). 

Boateng dégage le ballon sur sa ligne devant Messi et Lavezzi
Boateng dégage le ballon sur sa ligne devant Messi et Lavezzi

Après la pause, l'équipe de Sabella prenait le jeu à son compte. Elle imprimait même un gros pressing, qu'avait du mal à contrer la défense allemande. Higuain était signalé hors jeu sur une belle ouverture de Mascherano (46e), Messi voyait son tir flirter avec le poteau gauche de Neuer (47e) qui ensuite réalisait une sortie kamikaze en repoussant du poing un ballon aérien à la limite de la surface, emportant en même temps Higuain (57e). Et l'arbitre sifflait un coup franc contre l'ancien joueur du Real...

Neuer sort au-devant de Higuain qu'il percute
Neuer sort au-devant de Higuain qu'il percute

Les contacts se faisaient plus durs. A la 71e minute, Schürrle ratait son contrôle après un beau jeu en triangle à l'entrée de la surface. Puis c'est Messi qui tentait son "spécial" en repiquant au centre pour déclencher sa frappe du gauche enroulée. Cela passait à côté. A la 80e, c'est Höwedess, en position d'avant-centre, qui ne parvenait ni à tirer ni à remiser. Deux minutes après, Ozil trouvait en retrait Kroos dont le tir n'était pas cadré (82e). Finalement, personne ne marquait, et la prolongation s'imposait, pour la 7e finale en 20 Coupes du monde. En seize matches à élimination directe, il s'agissait du 8e à passer par la prolongation. Et c'était le deuxième match consécutif des Sud-Américains, après leur demie gagnée aux tirs au but contre les Pays-Bas.

Lionel Messi ne cadre pas sa frappe à la 47e minute
Lionel Messi ne cadre pas sa frappe à la 47e minute

Dès l'entame de la prolongation, l'Allemagne était proche de l'ouverture du score après une frappe de Schürrle repoussée par Romero et un cafouillage, mais Mascherano parvenait à dégager (92e). L'Argentine répondait sur un centre mal jugé de Hummels, mais Palacio contrôlait mal de la poitrine et ratait son lob sur Neuer (97e). L'Argentine, avec trois joueurs (Messi, Palacio, Agüero) sans aucune contribution défensive, subissait, mais ne craquait pas. Schweinsteiger devenait une cible, d'un tacle par derrière de Mascherano (107e) puis par un coup de poing d'Agüero dans son visage (110e), ce qui le contraignait à la sortie pour soigner son saignement. Et aucun carton pour les deux coupables. Mais Götze délivrait enfin les siens à la 113e minute, sur un débordement de Schürrle qui centrait pour Götze, dont l'enchaînement contrôle-reprise du gauche, finissait dans le petit filet opposé.

Fatigués, épuisés, sans solution, les Argentins ne revenaient plus. Lionel Messi voyait son rêve s'évanouir dans cette soirée brésilienne. Et l'Allemagne, auteur d'un extraordinaire tournoi, voyait ce mois récompensé par le trophée tant rêvé. Ce but, le 171e de la compétition, permet au Mondial-2014 d'égaler la Coupe du monde la plus prolifique, à égalité avec France-1998.

Revivez le live de la finale entre l'Allemagne et l'Argentine

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze