Joshua Kimmich
Le défenseur de la Mannschaft et du Bayern, Joshua Kimmich | AFP - DPA - FEDERICO GAMBARINI

L'Allemagne dans un fauteuil avec Kimmich face aux Tchèques ?

Publié le , modifié le

Vainqueurs de la Norvège (3-0) lors de leur entrée en lice, les champions du monde allemands reçoivent à 20h45, à Hambourg, la République tchèque lors des qualifications pour le Mondial 2018. Bien pâle, cette sélection tchèque risque de ne pas peser lourd face à une Mannschaft orpheline de Gomez mais avec sa nouvelle perle Joshua Kimmich.

Défenseur polyvalent, contre-attaquant redoutable, et buteur! L'homme du début de saison en Allemagne s'appelle Joshua Kimmich, capable d'apporter des solutions à une Mannschaft en quête d'efficacité, samedi en qualification du Mondial contre la République tchèque à Hambourg. A 21 ans et pour sa deuxième saison au Bayern, Kimmich est devenu depuis août un cadre de l'équipe championne d'Allemagne , et la coqueluche des médias allemands.

Capable de jouer à tous les postes à l'arrière, mais surtout utilisé en club en milieu défensif, il vient de marquer six buts lors de ses sept derniers matches, dont un avec l'équipe nationale contre la Norvège (3-0), au premier match des qualifications début septembre. "Il est porté par la vague en ce moment, et il a encore un gros potentiel de développement", s'enthousiasme son coéquipier de la Mannschaft, Sami Khedira.
"C'est vrai", admet Kimmich, lui-même étonné de sa réussite devant le but, "en ce moment la balle me colle au pied".

Son nouveau talent de buteur prend en Allemagne une résonance toute particulière, à l'heure où la Mannschaft souffre d'un manque d'efficacité devant les cages et cherche désespérément un avant-centre de métier pour mettre les balles au fond. Le sélectionneur Joachim Löw l'a lui-même admis vendredi, "la grande question, c'est comment concrétiser nos occasions de but". Pas question, évidemment, de transformer Kimmich en avant-centre, mais juste d'utiliser son talent pour débloquer des situations, face à des équipes qui jouent généralement très regroupées contre les champions du monde en titre. "Nous avons une option avec Kimmich, qui se projette très vite vers l'avant dès la récupération de balle", note Löw, qui ne l'a fait jouer pour l'instant que sept fois avec la Mannchaft.

Pour Manuel Neuer, coéquipier de Kimmich au Bayern et capitaine de la Mannschaft, "la réussite de Joshua en ce moment, c'est la preuve que nous devons nous adapter quand les espaces se resserrent devant et que nous avons besoin d'idées neuves pour surprendre l'adversaire". "Contre la République tchèque, l'effet de surprise d'une course en profondeur de Joshua peut toujours être efficace", assure le gardien de but.

"J'accepte tous les postes"

Pour gagner définitivement sa place en équipe nationale, le Munichois dispose d'un atout majeur: sa polyvalence. Car s'il déploie au Bayern des qualités de stratège à partir d'une position de milieu défensif, c'est plutôt en défenseur latéral qu'il a sa chance en équipe nationale. "Changer de poste n'est absolument pas un problème", dit-il très simplement. L'essentiel, c'est de jouer (...) J'accepte tous les postes et j'essaye de me donner à fond, et d'être convaincant à chaque poste".

Évidemment, Kimmich n'échappe pas à la comparaison avec Philipp Lahm, le capitaine des champions du monde 2014, qui a mis un terme à sa carrière internationale mais joue toujours au Bayern. Même gabarit modeste, 1,76 m pour 70 kg, même rigueur défensive, et une capacité à se projeter vers l'avant sans doute plus marquée encore. "C'est un grand compliment", dit Kimmich humblement, "mais Philipp est un joueur de classe mondiale, et j'ai encore du chemin à faire" pour être son égal.

Kimmich est entré dans le football pro à 18 ans, en 2013, lorsqu'il a quitté son club formateur de Stuttgart, où il jouait avec les moins de 19 ans, pour le RB Leipzig, à l'époque en troisième division. Titulaire à part entière, il participa à la montée en deuxième division, où il joua une saison, avant d'être acheté par le Bayern à l'été 2015. Du haut de ses 30 ans, Manuel Neuer ne dissimule pas son admiration: "Il a énormément progressé ces dernières années, on ne peut que lui tirer notre chapeau, et aussi pour la façon très calme dont il a vécu tout ça".

Les rencontres de sa​medi

Groupe C

Azerbaïdjan-Norvège
Irlande du Nord-St Marin
Allemagne -Rép. tchèque

Groupe E

Arménie-Roumanie
Monténégro-Kazakhstan
Pologne-Danemark

Groupe F

Angleterre-Malte
Slovénie-Slovaquie
Ecosse-Lituanie

AFP