Blatter Sepp FIFA visage de profil fermé 2010
Sepp Blatter, le président de la FIFA | AFP - Sebastian Derungs

L'aide de la vidéo pas encore d'actualité

Publié le , modifié le

Contrairement à ce qu'avait promis Sepp Blatter, président de la FIFA à l'issue de la Coupe du monde, la possibilité d'intégrer l'assistance vidéo dans les matches n'a pas été mise à l'ordre du jour de l'International Board. "Le seul point à l'ordre du jour sera l'étude et l'éventuelle approbation des demandes faites par plusieurs confédérations et fédérations (...) sur l'application de l'expérience de deux arbitres additionnels pour leurs compétitions", dit la FIFA

Les deux énormes erreurs d'arbitrage n'ont pas suffi. L'étude d'une aide de la vidéo dans certaines compétitions au plus haut niveau n'a pas été mise à l'ordre du jour de la prochaine commission de l'International Board (IFAB). Or, c'est cet organisme qui peut modifier les règlements du football. Et si Sepp Blatter, après les erreurs d'arbitrage dans le match Angleterre-Allemagne et Argentine-Mexique, s'était prononcé pour son étude, cela n'a pas été suivi d'acte. "Il est évident qu'après ce que nous venons de vivre, ce serait ridicule de ne pas rouvrir le dossier de l'aide par la technologie en juillet à Cardiff", avait alors déclaré le président de la FIFA. "Le seul principe sur lequel nous allons rouvrir le discussion, c'est la technologie sur la ligne de but". Et même cette technologie n'a pas été intégrée aux réflexions.

"Le seul point à l'ordre du jour sera l'étude et l'éventuelle approbation des demandes faites par plusieurs confédérations et fédérations membres de la Fifa sur l'application de l'expérience de deux arbitres additionnels pour leurs compétitions des saisons 2010-2011 et 2011-2012", indique la FIFA. L'expérience menée lors de l'Europa League la saison dernière devrait donc se poursuivre. Malgré des faits de jeu, rien ne devrait changer. Et les discussions autour des arbitres dépassés par la vitesse, les coups de vice et les enjeux, pourront perdurer.