Italie - Slovaquie
Contre toute attente la Slovaquie a dominé les champions du monde en titre | AFP - JOE KLAMAR

La Slovaquie met fin au rêve italien

Publié le , modifié le

Coup de tonnerre à Johannesburg ! Dans un Ellis Park plein à craquer, l'Italie a rendu les armes face à la Slovaquie, défaite 3-2. Dans un match rendu crispant par l'enjeu, la Squadra Azzura, tenante du titre, a quitté la compétition par la petite porte malgré une fin de match épique ! La Slovaquie, pour la première Coupe du Monde de son histoire, se qualifie pour les 8e de finale.

Ils n'envisageaient pas la défaite, pourtant les Champions du monde en titre ont chuté contre la modeste formation slovaque. Le sursaut d'orgueil italien en toute fin de match n'a pas suffi. Pour avoir été trop attentistes durant les 2/3 de la rencontre, les coéquipiers de Fabio Cannavaro ne sont pas parvenus se sortir du piège slovaque et s'inclinent (2-3). La Slovaquie, pour sa première participation termine deuxième du groupe F, avec 4 points, derrière le Paraguay. L' Italie, quant à elle, finit dernière avec 2 points.

C'était le match de la dernière chance pour ces deux sélections. Après deux nuls, les Italiens étaient dans l'obligation de se livrer. Pourtant l'entame de match n'avait rien d'un feu d'artifice. Peu entreprenants offensivement, les Italiens butaient sur un milieu de terrain slovaque bien en place. Paradoxalement c'étaient les Slovaques qui faisaient le jeu et se créaient la première véritable occasion du match sur un coup franc de Stoch à la 13e minute bien boxé par Marchetti. Les Italiens, toujours sereins malgré cette domination tentaient d'évoluer en contres, mais les appels dans la profondeur de Di Natale restaient inefficaces.

Le tonnerre tomba sur le stade à la 25e minute. La Slovaquie trouvait finalement le chemin des filets grâce à Robert Vittek, qui d'une frappe glissée le long de Marchetti propulsaient les Slovaques en orbite.Coup de Théâtre dans l'Ellis Park ! Pour la troisième fois en trois matchs de poule après la Slovaquie et le Paraguay, les Italiens étaient menés à la marque. Plus dramatique, à cet instant, les Champions du Monde en titre étaient éliminés de la compétition. Un but qui allait galvaniser la sélection slovaque. Dans les minutes qui suivirent l'ouverture du score, les joueurs de Vladimir Weiss allaient accentuer leur domination s'en parvenir à faire le break.

A contrario, la situation désespérée des Italiens n'allait pas pour autant les amener à se ruer à l'attaque.Même si sur un coup du sort, ils passaient tout près de revenir à la marque sur un dégagement de la tête raté de Skretel à la 41e minute. Juste avant la pause, c'était même Kuka qui plaçait une superbe reprise de volée de 25 mètres hors du cadre.Scénario complètement inattendu à la pause. Marcelo Lippi avait de quoi se faire des cheveux Blancs.

Au retour des vestiaires, les champions du monde en titre se lançaient enfin dans la rencontre. Sur un ballon de Pepe, Di Natale voyait sa frappe finir dans le petit filet de Mucha. Tentant le tout pour le tout, Lippi lançait Pirlo sur le terrain, tout juste remis de sa blessure au mollet, en remplacement de Montolivo à la 64e. Toujours aussi laborieusement, les Italiens allaient enfin tenter d'emballer le match. A la 63e, Di Natale encore lui, alertait le gardien de but slovaque qui contrôlait le ballon sans difficulté.A la 67e minute, Quagliarella voyait sa reprise de volée sauvée sur la ligne par Skrtel. Frayeur dans la défense Slovaque après une sortie mal négociée de Mucha sur un centre de Pepe. Dans la foulée, Stoch passait tout près de tuer le suspens mais sa frappe enroulée fuyait le cadre.

Mais les efforts slovaques furent récompensés. A la 73e minute, Robert Vittek annihilait les derniers espoirs de la Squadra Azzura. Sur un corner repoussé par Cannavaro, l'attaquant slovaque signe son doublé en plantant Marchetti à bout portant, son troisième but de la compétition. 2 à 0. Qui l'eut cru ? Mais alors qu'ils paraissaient condamnés, les Italiens par l'intermédiaire de Di Natale à la 78e, relançaient le suspens de la fin de rencontre en réduisant la marque. A la suite d'un mouvement entre Quagliarella et Iaquinta, Di Natale avait bien suivi et poussait le ballon au fond des filets.

Dès lors, la fin de match devenait complètement folle ! Quelques secondes plus tard Quagliarella croyait avoir remis les deux équipes à égalité mais son but était refusé pour hors-jeu. Au contraire, la situation allait dégénérer pour les champions en titre. En toute fin de match, Kapuneck aggravait le score en profitant d'une erreur défensive pour lober Marchetti : 3-1.

Une nouvelle fois au fond du gouffre, les Italiens allaient faire démonstration d'un terrible orgueil. Quelques minutes plus tard, c'était à eux de relancer une nouvelle fois cette rencontre grâce à un superbe but de l'extérieur de la surface de Quagliarella. 3-2 et deux minutes à joueurs dans le temps additionnel. Les Italiens remettaient le feu dans le match, à un but de la qualification. En apnée en fin de rencontre, la Slovaquie tenue bon pour se qualifier pour les 8e de finale. Dans les dernières secondes du match, Pepe ratait la balle d'égalisation. Les Italiens ont tout tenté, mais trop tard.

L'Italie tombe de haut. Elle qui n'envisageait même pas une élimination, butte dès les phases de poule et doit renoncer au titre. Sans gloire, la Squadra Azzurra quitte l'Afrique du Sud par la petite porte. Pour la première fois, les deux finalistes de la précédente édition sont éliminés dès les phases de poule.

Déclarations :

Robert Vittek (buteur slovaque, élu homme du match): "Nous ne nous attendions pas à dominer, au début nous avions le match sous notre contrôle, puis nous avons tenu bon à la fin. C'est un grand succès, nous avons repoussé les limites du foot slovaque, nous sommes très heureux d'avoir montré ce dont nous étions capables. Au premier match nous n'avons pas été chanceux (1-1 contre la Nouvelle-Zélande, qui avait égalisé dans le temps additionnel), et le Paraguay était tout simplement meilleur (0-2). Aujourd'hui, nous étions meilleurs. Ce trophée d'homme du match est important, merci, mais je voudrais le couper en morceaux pour le partager avec tous mes coéquipiers. En 8e, à 99% nous rencontrerons les Pays-Bas, un des favoris de la Coupe du monde, nous n'avons rien à perdre, nous serons les outsiders. Nous avons été une surprise une fois, nous essaierons de faire le même match."