France entraînement Yoann Gourcuff Eric Abidal Alou Diarra 07062010
Yoann Gourcuff, Eric Abidal et Alou Diarra | AFP-Fife

La presse veut encore y croire

Publié le , modifié le

La presse se fait laconique au lendemain de la piètre performance des Bleus. Si certains quotidiens restent réservés comme l'Equipe avec son : "C'est déjà ça", d'autres dénoncent la mise en action laborieuse de l'équipe de France comme La Provence : "La France n'y arrive définitivement pas". Paradoxalement, la presse étrangère se fait plus dure : The Sun fait déjà part d'une "Coupe du Monde à oublier pour les Tricolores".

La presse français consensuelle avec les Bleus

Le match des Bleus a ressemblé à s'y méprendre à ses dernières prestations. Pas de surprise, pas de but. On aurait de quoi crier au scandale mais la presse française laisse une chance aux Bleus. Pas de pamphlets ce matin dans les colonnes des quotidiens à gros tirage. Le Parisien donne le ton de ce qui est l'idée générale à retenir : "Tout reste à faire. Auteurs d'un match décevant, les Bleus n'ont pas vraiment rassurés leurs supporters." France Soir fait simple : "C'est pas gagné". Le dossier spécial de Libération s'amuse d'un "Match nul, match de mules". Les pages intérieures de l'Equipe restent informatives : "Les Bleus errent sans but". On l'aura compris la presse hexagonale fait dans le consensuel.
Sans surprise, c'est de la presse étrangère que viennent les critiques les plus acerbes. The Sun fait part d'un Mondial "à oublier", en s'attachant particulièrement à la situation de Florent Malouda, laissé sur le banc en début de match. "La situation de Malouda était juste un autre exemple de l'horrible atmosphère dans le camp français qui a mené à cette performance sans intérêt." Le quotidien AS en Espagne ne fait pas plus de cadeau : "Ni Forlan ni Ribéry et sans gloire : match pour rien.
En Uruguay, on ne se réjouit pas pour autant du point obtenu par la Celeste. "El Pais" peste contre un "Match nul amer : Forlan, Gordin, très peu de jeu". Un constant : le deuxième match du groupe A n'a enthousiasmé personne. Tout reste à faire…