La presse étrille Domenech et les Bleus

Publié le , modifié le

Au lendemain de la défaite de la France (0-2) contre le Mexique, les journaux s'acharnent sur une équipe qui a déçu. Après un nul (0-0 contre l'Uruguay) et la déroute de Polokwane jeudi soir, seul un miracle peut désormais propulser la France en 8e de finale. "Imposteurs !", "Indigne !", "Lamentable !", "Nettoyage aztèque", "Cauchemar bleu", "au fond du gouffre", telles sont quelques unes des formules lisibles dans la presse.

"La nullité de l'équipe de France dément tous les discours tenus par Raymond Domenech et ses joueurs sur leur force de caractère et leur capacité de réaction", écrit L'Equipe. "Ce matin", ajoute le quotidien sportif dans son édition de vendredi, "la France contemple un champ de ruines: son équipe nationale". Le quotidien sportif poursuit: "Pas de tristesse, pas de désolation, surtout pas de colère. Ce serait trop donner à ces hommes qui ne savent rien offrir", pour qui, "le je-m'en-foutisme est la seule bannière sous laquelle cette équipe est capable de rassembler." "L'équipe de France va très probablement prendre la porte et sceller une faillite immense", "celle d'un sélectionneur, d'un système fédéral et d'une génération de faux cadres", écrit encore le journal.

Sous le titre "les Bleus au fond du gouffre", Le Figaro estime pour sa part qu'"on ne voit pas comment cette équipe sans moelle ni âme peut espérer un miracle". "Il faudrait que les dieux du football soient tombés sur la tête pour sauver une sélection française qui ne mérite que l'opprobe."

Le journal Libération évoque un "cauchemar bleu" et un "nettoyage aztèque", clin d'oeil (et joli jeu de mots) au Mexique qui a infligé un "nettoyage à sec" des Bleus dans le Mondial... Pour le journal, "complètement dépassés, les Bleus ont aussi failli individuellement".

Le Parisien/Aujourd'hui affirme de son côté que "pathétiques, les Bleus n'ont jamais fait illusion hier soir". "Ce résultat est-il vraiment étonnant ?", poursuit le quotidien. "Comment une sélection qui ne régale jamais peut-elle se transformer en usine à rêves du jour au lendemain ? Par la magie de joueurs qui ne s'entendent pas ? Par le savoir d'un sélectionneur qui tatônne encore et toujours ?"

Pour France Soir, "les Bleus ont fait honte à leur maillot". "La qualification s'éloigne après ce fiasco rentissant qui devrait laisser des traces durables dans un groupe miné par les clans."

En province, La République du Centre et les autres quotidiens régionaux et départementaux ne sont pas en reste. "Cette défaite (...) est une sanction logique et méritée pour une équipe sans âme, sans envie, sans fierté. (...) Ces Bleus n'étaient capables que d'un orgueil mal placé, de mesquines cabales et de mépris pour leur environnement", écrit ainsi Jacques Camus.

Ils ont "prouvé en six jours qu'ils n'avaient tout simplement pas leur place à ce premier Mondial africain", estime L'Alsace sous la plume de Marc Wilb. "Chez ces Bleus-là, les passes n'arrivent pas, les duels sont perdus, les erreurs défensives légion", ajoute-t-il en dénoncant "le fantôme d'Anelka, l'inutile Govou" ou encore l'absence du "meilleur buteur de l'histoire des Bleus, Thierry Henry".

Dans L'Est Républicain, Christian Frichet écrit: "On cherchera des boucs émissaires, Domenech a le look mais les derniers épisodes ont démontré aussi qu'il ne faudrait surtout pas qu'il porte seul le sombrero."

Du côté de la presse Mexicaine en revanche, on se délecte de ce succès : « Simplement supérieur » juge le site mexicain Ovaciones.« La Tri a commencé à écrire une nouvellehistoire » fait part le quotidien spécialisé, Record. As, le quotidien espagnolestime que « Le Mexique rêve et la France agonise ».

AFP