La presse espagnole fête le retour de l'Espagne au premier plan

Publié le , modifié le

La presse espagnole célébrait mardi soir après la victoire de la Roja contre la France à Saint-Denis (1-0) le retour au premier plan d'une Espagne désormais première du groupe I et ayant fait un grand pas vers la qualification directe pour le Mondial 2014.

Sous le titre un rien chambreur de "Oh la la Espana", le site internet de  Marca soulignait ainsi la maîtrise des champions du monde tout en rendant  également hommage à la pugnacité des Bleus. "La Roja a rectifié le tir dans sa phase de qualification au Mondial  brésilien à travers une victoire de grand prestige à Paris face à une grande  sélection française", écrivait ainsi le quotidien sportif.

Pedro, l'unique buteur de la soirée, était évidemment à l'honneur sur tous  les sites. "El Pais" décrivait le petit ailier du Barça comme étant "en état de  grâce" et Marca rappelait qu'il en était déjà à 10 buts cette saison avec  l'Espagne. Le petit ailier canarien a en effet été l'homme de la soirée, puisqu'outre  son but décisif, il a également été à l'origine d'un "penalty clair", Lloris  fauchant Pedro en première période, ce que se chargeait de rappeler "El Mundo  deportivo".

Valdes encensé

Mais au-delà de Pedro, la presse ibérique saluait également la prestation  de Valdes, crucial dans deux arrêts face à Ribéry et Evra et qui aura  parfaitement passé le test du remplacement d'Iker Casillas, blessé à la main. "Le but de Pedro nous évitera probablement les barrages, après un match  très disputé dans lequel Victor Valdes a eu des parades miracles", écrivait  ainsi l'autre quotidien madrilène AS. "El Mundo deportivo" était sur la même  ligne en titrant: "Pedro et Valdes rapprochent la sélection du Brésil".

Marca donnait lui carrémment du "San Valdes" au portier du Barça, dans un  clin d'oeil au surnom de Casillas, "San Iker". Enfin, AS insistait à juste titre sur l'aspect physique du match, estimant  que l'Espagne était aussi allée chercher cette victoire au courage. "Avec  davantage de coeur que de football, avec plus de caractère que de facilité,  l'Espagne a sorti la tête de l'eau à Paris".

AFP