Revue de presse EDF
La presse manifeste sa joie après la qualification des Bleus pour le Mondial | Francetv Sport

La presse enchantée par les Bleus

Publié le , modifié le

La presse française a salué la qualification historique de l'équipe de France par un déluge de superlatifs et de compliments. La victoire 3-0 des Bleus contre l'Ukraine au Stade de France leur offre un billet d'avion pour le Brésil ce qui a inspiré les quotidiens qui ont rivalisé de jeux de mots.

L'enthousiasme dégouline ce mercredi matin dans la presse française. Comme souvent, Libération y est allé de son jeu de mots et titre en Une : Rio, Bravo ! En pages intérieures, Libé poursuit : "un carnaval pour Rio" pour  les "Bleus." Dans la même veine, pour Le Midi Libre, La Charente Libre et l'Est Eclair,  c'est "samba pour les Bleus." Pour le deuxième, "l'équipe de France a réalisé  un véritable exploit", pour le troisième, elle "a déjoué les pronostics." Pour  La Voix du Nord, c'est même "samba do Brasil!". Bravo! titre sobrement de son côté, Les Dernières Nouvelles d'Alsace. Tout en sobriété aussi L'Equipe qui barre sa une d'un immense "Respect". Pour le quotidien sportif, les Bleus l'ont gagné car "jamais, depuis la Coupe du monde 2006,  l'équipe de France n'avait disputé un match d'une telle intensité, conduit avec  un tel état d'esprit", relève Fabrice Jouhaud pour qui "une page s'est tournée."

L'exploit et l'orgueil

Un "exploit", confirme Ouest France, un exploit "renversant, au terme d'un  match historique," s'enthousiasme 20 Minutes. "Ils l'ont fait!" s'exclament Sud Ouest et Le Télégramme et pour ce dernier  "à l'issue d'un incroyable scénario, les Bleus ont réalisé l'exploit." Jamais, jusqu'à mardi soir, dans l'histoire des barrages d'un Mondial une  équipe ne s'était qualifiée au retour après une manche aller perdue 2 à 0. La Dépêche du Midi a vu des Bleus "ressuscités" et Patrice Chabanet, dans  le Journal de la Haute-Marne, salue une "équipe  transcendée par l'enjeu.  Piquée au vif par l'avalanche des critiques. Et chapeau, donc, à une équipe qui nous a souvent déçus." C'est "le bonheur retrouvé", souligne La Provence. Le Courrier de l'Ouest a vécu de son côté "une soirée magique". "Ne boudons  pas notre plaisir", écrit Bruno Geoffroy avant de vite rappeler : "gardons à  l'esprit qu'on ne remonte pas des enfers en une soirée."

Un air de déjà vu

Enfin il était difficile d'y échapper car trop de signes rappelaient une soirée magique déjà vécue il y a 15 ans dans ce même stade. Sur cette même pelouse. Face à un adversaire qui jouait également en jaune à l'époque. Et 1, et 2, et 3-0! titrent  Libération Champagne, l'Indépendant et Le Parisien/Aujourd'hui en France, en  référence à la victoire sur le Brésil (3-0), en finale de la Coupe du monde  1998. Pour Stéphane Albouy (Le Parisien): "quel bonheur de sentir la révolte  d'une équipe poussée par un stade entier." Et Jean-Claude Souléry dans le Dépêche de midi de conclure : "depuis hier  soir, tous les comptoirs du pays sentent la bière et le bonheur." Forcément du côté des vaincus, la tristesse est à la hauteur de la joie française. Le site de sport ukrainien isport.ua regrette que "le conte de fées" ait pris fin si rapidement. Le site internet du quotidien national Kiev, lui, déclare laconique que l'Ukraine a cédé. 

Vidéo: la joie des supporters après la victoire