L'équipe des Pays-Bas
Le nouveau visage de la sélection néérlandaise, emmenée par le capitaine Robin Van Persie. | AFP PHOTO / DAMIEN MEYER

La jeune défense des Pays-Bas

Publié le , modifié le

Ce soir, les Pays-Bas ont l’occasion de frapper un grand coup dans le groupe B en cas de victoire face à l’Australie. Si l’écrasante victoire contre l’Espagne (1-5) fut marquée par les éclats offensifs du trio Sneijder-Van Persie-Robben, elle a également mis en lumière la jeune arrière-garde Oranje, pourtant très critiquée à l’aube de la compétition. Dans le sillage de Ron Vlaar (29 ans), la planète football a pu découvrir de nouveaux visages, bien décidés à s’imposer dans le paysage mondial.

Comment expliquer qu’un pays de 17 millions d’habitants soit parvenu à atteindre à trois reprises la finale du Mondial ? L’exploit écrit à travers l’histoire par les Bataves trouve principalement sa source dans une formation inépuisable. Les produits les plus talentueux parviennent, le plus souvent, à s’imposer rapidement au sein des équipes premières, en club comme en sélection.

Bénéficiant de la confiance de leurs entraîneurs, dans la plupart des cas des anciens grands joueurs comme De Boer, Cocu, Koeman ou Van Basten, les jeunes joueurs hollandais doivent rapidement faire face à leurs responsabilités. Ainsi, ces grands noms de l’histoire perpétuent une tradition qui dure depuis les années 70 et ce malgré l’arrêt Bosman qui a profondément altéré la puissance économique des clubs et surtout leur capacité à garder leurs meilleurs joueurs.

La patte essentielle de Louis Van Gaal

Véritable firme multinationale (1,2 million de licenciés), la formation néerlandaise, régulièrement pillée par les grandes écuries européennes, tend à se renouveler chaque année. Elle sert de fontaine de jouvence à une sélection apparue en perte de vitesse lors de l’Euro 2012, qui s’est soldé par trois défaites lors de la phase de groupe. Déjà à cette occasion, l’Europe du football avait pu découvrir le jeune Jetro Willems, devenu à 18 ans et 71 jours le plus jeune joueur de l’histoire à disputer un Championnat d’Europe des Nations.

Au sein d’une institution qui joue le rôle de locomotive à l’échelle continentale, Louis Van Gaal joue encore aujourd’hui un rôle fondamental. Si les forfaits de Strootman, Van der Vaart et Van der Wiel pouvaient laisser présager le pire, le futur entraîneur de Manchester United n’a pas hésité à bâtir un effectif jeune et inexpérimenté (moins de 27 ans de moyenne d’âge). Seuls huit membres du groupe étaient déjà présents lors de l’épopée sud-africaine tandis que les quinze autres joueurs ne comptent pas plus de 20 sélections.

Un duopole défensif Ajax-Feyenoord

En défense, Louis Van Gaal a décidé de puiser dans le vivier local, notamment dans les effectifs de l’Ajax et du Feyenoord, respectivement premier et deuxième du dernier championnat. Exit les Heitinga ou Mathijsen, place aux Blind, Janmaat, De Vrij, Martins Indi et autres Veltman. Face au champion du monde espagnol, le portier Jasper Cillessen (25 ans, 9 sélections), n’a pas trop eu à se mettre en évidence. Formé au NEC Nimègue, il est parvenu en deux saisons à s’imposer comme titulaire à l’Ajax comme en sélection, supplantant la concurrence des Stekelenburg, Vermeer ou autres Krul.

Le club de la capitale, quadruple champion en titre, sert toujours de pourvoyeur essentiel de la sélection Oranje. En témoigne notamment la présence de Daley Blind (24 ans, 13 sélections), auteur vendredi dernier de deux passes décisives pour ses compères de l’attaque Robben et Van Persie. Fils de l’emblématique Danny Blind et signataire de son premier contrat pro à seulement 17 ans, ce latéral gauche compte déjà près de 140 matchs en Eredivisie et apparaît comme une valeur sûre aux yeux du sélectionneur.

Rentré en cours de match, Joël Veltman (22 ans, 3 sélections) a lui aussi brillé tout au long de la saison de par sa bonne lecture du jeu et son sens de l’anticipation. Nul doute que Louis Van Gaal aura l’occasion de refaire appel à lui. Au sein de cette jeune génération, Daryl Janmaat (24 ans, 16 sélections) fait partie des premiers choix du technicien hollandais, qui n’a pas hésité à le convoquer aux lendemains de sa nomination. Auteur d’une prestation convaincante sur l’aile droite, le joueur du Feyenoord Rotterdam a peut-être définitivement gagné ses galons de titulaire. A suivre de près.

La défense centrale des Bataves, composée entre autres de Stefan De Vrij (22 ans, 13 sélections) et Bruno Martins Indi (22 ans, 17 sélections), porte l’empreinte de l’équipe dirigée par Ronald Koeman. Alors que De Vrij s’est distingué par un but, Martins Indi tend à confirmer les espoirs placés en lui. Né au Portugal de parents Bissau-Guinéens et titulaire chez les A à seulement 20 ans, il est fort à parier que de nombreux clubs se pencheront sur son cas à l’issue du Mondial. Son camarade d’origine congolaise et surprise de la liste, Terence Kongolo (20 ans, une sélection), attend quant à lui patiemment son heure, à l’instar de nombreux joueurs offensifs qui ont eux aussi explosé à l’échelle nationale cette année.