Olivier Giroud regarde Djibril Sidibe (France)
Olivier Giroud remercie Djibril Sidibe pour son offrande | EMMANUEL DUNAND / AFP

La France évite le piège luxembourgeois

Publié le , modifié le

Sans trembler mais sans briller, l'équipe de France s'est imposée 3-1 au Luxembourg en éliminatoires de la Coupe du Monde 2018. Les Bleus ont trouvé le chemin des filets grâce à Giroud (28e, 77e) et Griezmann (37e, s.p.). Les Luxembourgeois ont constamment maintenu la pression sur les Français et avaient réussi à égaliser sur penalty (Joachim 34e). La France occupe la première place du Groupe A avec 3 pts d'avance sur la Suède.

Ce n’est pas le paradis mais les Bleus ont assuré l’essentiel lors de leur exil au Luxembourg. Un succès précieux face à un adversaire coriace pendant que les Pays-Bas se sont fait étriller en Bulgarie 2-0. "On a fait ce qu'il fallait, on aurait pu mettre plus de buts, se mettre moins en difficulté sur moins d'occasions, a indiqué le sélectionneur Didier Deschamps. Ce n'est jamais évident, l'essentiel c'est qu'on prend les trois points, on a mis trois buts. C'est plutôt positif." Cette journée de qualifications confirme que la Suède, vainqueur de la Biélorussie 4-0, sera la seule à disputer la première place aux Français dans ce groupe A. Les hommes de Didier Deschamps ne sont pas tombés dans le piège de ce match façon « coupe de France » dans une petite enceinte et sur une pelouse approximative. C’est le charme et le danger du Grand-Duché. En hibernation cet hiver après une année 2016 très chargée, les Bleus ont connu quelques difficultés à l’allumage. Par un manque de rythme évident alors que le bloc défensif luxembourgeois demandait plus de vitesse pour le surprendre.

Histoires de penalties

"On a fait une entame un peu timide, on connaissait leur détermination et leur générosité, concédait Olivier Giroud. D'autant plus qu'ils avaient eu avant des résultats pas trop négatifs. A chaque fois, ils avaient vendu chèrement leur peau." La belle endormie a mis presque une demi-heure à sortir de sa torpeur. Griezmann avait eu le réveil au bout du pied sur une magnifique ouverture de Payet mais il a manqué de précision (15e). Sur l’action, le portier Moris se blessait et allait finir par sortir quelques minutes plus tard. Son remplaçant Czekanowicz n’avait pas la même réussite. En appui, Griezmann décalait vers Sidibe. Le latéral monégasque offrait à Giroud un but et une bouffée de plaisir, lui qui cire le banc des Gunners presque tous les week-ends (0-1, 28e). Plutôt que de dérouler, les Bleus se faisaient piéger par Da Mota, accroché dans la surface par Matuidi. Jaochim ne tremblait pas et égalisait sur le penalty (1-1, 34e). Heureusement, Da Mota rendait la pareille à Sidibe dans la foulée et Griezmann redonnait l’avantage aux Bleus sur le tir au but (1-2, 37e). Blaise Matuidi n’était pas en réussite ce soir. Après son penalty, il voyait sa frappe des 20 mètres échouer sur le poteau (42e).

Doublé de Giroud, entrée de Mbappé

Malgré son avantage au score, ça manquait de sérénité dans le camp tricolore. Très actif comme son jeune coéquipier Benjamin Mendy, Sidibe était contraint de sortir sur blessure. Il était temps de se mettre à l’abri. Ce n’était pas Griezmann qui s’en chargeait (65e) mais Olivier Giroud pour son 23e but en bleu après un excellent centre de Mendy (1-3, 77e). "Avec nous, il marque souvent même s'il a une période plus difficile en club. On a mis pas mal de centres et il a été efficace", s'est réjouit Deschamps. "DD" profitait du dernier quart d’heure pour faire entrer Kylian Mbappé qui devenait ainsi le 2e plus jeune de l’histoire de l’équipe de France après Julien Verbrugghe, entré en jeu à 16 ans mais en 1906. Malgré une bonne frappe (80e), le Monégasque devra toutefois attendre pour marquer son premier but. Peut-être mardi soir face à l’Espagne ?

Xavier Richard @littletwitman