La Fifa rejette l'appel de Garcia

La Fifa rejette l'appel de Garcia

Publié le , modifié le

La Commission de recours de la Fédération internationale de football (Fifa) a estimé mardi irrecevable l'appel de Michael Garcia contre la synthèse rédigée à partir de son rapport portant sur l'attribution des Mondiaux-2018 et 2022. La synthèse rédigée par Hans-Joachim Eckert, président de la chambre de jugement de la commission d'éthique, conclut que l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar n'avait pas lieu d'être remise en cause, malgré des éléments douteux "de portée très limitée" mis en avant dans le rapport de M. Garcia, président de la chambre d'instruction de la commission d'éthique de la Fifa.

La déclaration de M. Eckert concernant l'enquête relative à la procédure de  candidature à l'organisation des Coupes du monde 2018 et 2022 "ne constitue pas  une décision" et n'est donc "pas sujette à à appel", a estimé la Commission de  recours. Sur les bases de la synthèse Eckert, la Fifa avait considéré que les  attributions à la Russie et au Qatar n'avaient pas lieu d'être remises en  cause, malgré des éléments douteux.

Mais Michael Garcia avait dénoncé une présentation "erronée et incomplète"  de son enquête par la Fifa et saisi la Commission de recours. Par ailleurs, dans une décision distincte, la Commission de discipline de  la Fifa a estimé mardi qu'il n'y avait pas eu de violation de confidentialité  dans la synthèse de M. Eckert. Plusieurs personnes interrogées dans le cadre de l'enquête de M. Garcia,  mais dont la Fifa ne donne pas les noms, avaient déposé plainte devant la  Commission de discipline de la Fifa, estimant que la synthèse rédigée par M.  Eckert avait donné lieu à une violation de confidentialité. Parmi les personnes interrogées dans le cadre de l'enquête figuraient  Phaedra Almajid, ancienne chargée de la communication du comité de candidature  Qatar-2022 qui a raconté récemment dans une interview à France Football avoir  vu des responsables qataris proposer en janvier 2010 de l'argent à des  dirigeants du football africain. Mme Almajid a expliqué avoir décidé de parler après que son anonymat a été  compromis par la synthèse rédigée par M. Eckert.

Pour la Commission de discipline de la Fifa, "il n'y a pas de raisons qui  justifient l'ouverture de procédures disciplinaires" car les identités des  personnes ayant participé à l'enquête "sont révélées publiquement à travers les  propres activités médiatiques (de ces personnes) bien avant la publication de  la déclaration" de M. Eckert.

AFP