carton rouge arbitre pretexte
carton rouge arbitre pretexte | AFP-Demarthon

La Fifa fait le ménage

Publié le , modifié le

La Commission d'Ethique de la Fifa a suspendu pour trois ans le Nigérian Amos Adamu, membre du comité exécutif de l'organisation, en raison des soupçons de corruption qui pesaient sur ce dernier et à une amende de 10.000 francs suisses. Le Thaïtien Reynald Temarii, également soupçonné de corruption dans l'attribution des Mondiaux-2018 et 2022, a été suspendu un an par la Fifa pour être intervenu dans le vote mais a été blanchi des accusations de corruption.

M. Adamu a donc reçu une "interdiction  d'exercer toute activité relative au football pour une période de trois années  et une amende de 10.000 francs" suisses, a précisé  le président de la commission d'éthique, Claudio Sulser, lors d'une  conférence de presse au siège de la Fifa à Zurich.

Même affaire, autre cas, celui de Reynald Temarii. "La commission d'éthique vient de notifier qu'elle vient de suspendre M.  Temarii pour un an à partir du 20 octobre", a par ailleurs expliqué à l'AFP son avocate Me Géraldine Lesieur. "Il a été blanchi de tous les soupçons de corruptions, néanmoins la commission d'éthique (de la fifa) a estimé que le fait d'avoir discuté de son  vote et des choix de vote pour les éditions de la Coupe du monde 2018 et 2022  étaient contraire à l'éthique", a-t-elle ajouté pour justifier la suspension  d'un an de son client. Temarii va faire appel de cette décision.

En parallèle, la plus haute instance du football mondial a indiqué qu'elle n'avait  pas eu "d'éléments suffisants" pour établir une collusion entre les candidatures  du Qatar et celle conjointe de l'Espagne et du Portugal, dans le cadre de l'attribution des Mondiaux-2018 et 2022.

Organisation des Coupes du monde 2018-2022: Consultez les rapports d'évaluation (fichier PDF, en anglais)

AFP