La Fédération russe de football n'a plus les moyens de payer le salaire de Capello

La Fédération russe de football n'a plus les moyens de payer le salaire de Capello

Publié le , modifié le

La Fédération russe de football a révélé ne plus être en mesure depuis plusieurs mois de payer le salaire, estimé à environ sept millions d'euros par an, du sélectionneur de l'équipe nationale, l'Italien Fabio Capello. "La Fédération russe de football n'a tout simplement pas d'argent pour payer le salaire de Capello", a admis un membre du comité exécutif de la Fédération russe, Sergueï Stepachine, cité par les agences russes.

"Lorsqu'ils ont signé le contrat, ils auraient dû penser aux sources de  financement. Aujourd'hui, il faut trouver ces sources", a-t-il poursuivi,  ajoutant que la situation n'était "vraiment pas agréable". Cet ancien Premier ministre et ex-président de la Cour des comptes a  cependant ajouté espérer que la question serait réglée d'ici le 15 novembre,  jour du match de la Russie contre l'Autriche pour les qualifications à  l'Euro-2016.

Aucune victoire au Mondial

Dans une récente interview au site d'informations sportives sportbox.ru, M. Capello, considéré comme le sélectionneur le mieux payé au monde, avait affirmé  "ne pas être payé selon son contrat depuis cinq mois". "J'atteins la limite", avait-il ajouté. Fabio Capello, ex-sélectionneur de l'Angleterre, a été nommé en 2012 à la  tête de l'équipe de Russie. 

Celui, qui avait dirigé l'AC Milan, l'AS Rome, la Juventus Turin et le Real  Madrid, avait pris en charge la sélection anglaise en 2007, la conduisant en quart de finale du Mondial-2010 avant de la qualifier pour l'Euro-2012. Mais en Russie, ses résultats ont été décriés à plusieurs reprises,  notamment lors du Mondial brésilien. 

L'équipe russe avait en effet gagné en 2014 sa place à la Coupe du monde  pour la première fois en douze ans, mais avait échoué à se qualifier pour les  huitièmes de finale, dans un groupe composé de l'Algérie, de la Belgique et de  la Corée du Sud. Elle était retourné en Russie sans une seule victoire.

AFP