Carlos Cordeiro
Carlos Cordeiro, leader de la triple candidature Mexique/USA/Canada. | AFP

La Coupe du monde 2026 se déroulera aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique

Publié le , modifié le

Ils ont huit ans pour s'y préparer: le trio Etats-Unis/Canada/Mexique a été désigné mercredi pour organiser en 2026 la première Coupe du monde à 48 équipes, au dépens du Maroc, qui n'a pas eu les faveurs des 203 membres votants de la Fifa, réunie en Congrès à Moscou. Le vote fut sans appel: 134 pour Etats-Unis/Canada/Mexique, 65 pour Maroc, 1 vote pour aucun candidat, sur 203 votants. "La Fifa propulse le football dans une nouvelle ère", a déclaré le président de l'instance Gianni Infantino après le vote.

Maroc, cinq fois malheureux 

Déjà quatre fois candidat malheureux à l'organisation du Mondial (1994, 1998, 2006 et 2010), le Royaume croyait toutefois toujours en ses chances de devenir le second pays du continent africain, après l'Afrique du Sud en 2010, à accueillir l'un des événements les plus importants de la planète. Raté, il a désormais échoué cinq fois.

Il bénéficiait pourtant du soutien de nombreux pays européens, dont la France, notamment en raison de sa proximité géographique, et africains, à l'appel du président de la Confédération africaine de football (CAF) Ahmad Ahmad. Mais certains pays africains avaient déjà fait entendre leur différence, comme le Libéria ou l'Afrique du Sud, partisans de "United 2026".

Bon joueur, le comité marocain a salué la victoire du trio nord américain.

La promesse de rentabilité

Infantino est présenté comme un défenseur de la candidature nord-américaine, notamment parce qu'il est, dans sa logique, cohérent d'attribuer ce premier Mondial à 48 "à de grands pays qui ne l'ont jamais eu, comme la Chine ou l'Inde, ou à des associations de pays", explique à l'AFP Paul Dietschy, historien du football. "Car pour couvrir les frais, il faut être à plusieurs".

Le trio États-Unis/Mexique/Canada a promis "la Coupe du monde la plus lucrative de l'histoire" avec 14 milliards de dollars de recettes, contre un "net pour la Fifa de 5 milliards de dollars" du côté marocain.

Andréa La Perna @A_LaPerna