La joie des Ivoiriens
Les Ivoiriens Gervinho et Drogba heureux | AFP - EMMANUEL DUNAND

La Côte d'Ivoire passe en force

Publié le , modifié le

La Côte d'Ivoire, longtemps maladroite, a tardé à prendre la mesure du Japon mais a fini par faire parler sa puissance pour s'imposer (2-1) à Recife et confirmer ses ambitions dans le groupe C du Mondial. La petite histoire retiendra qu'au moment où Didier Drogba est entré en jeu, les Eléphants étaient menés 1-0 et que cinq minutes plus tard, ils avaient marqué deux buts, par Bony (64e) et Gervinho (66e), tous deux de la tête. Côte d'Ivoire et Colombie sont en tête de ce groupe.

l'entrée de Drogba a contribué à enfoncer le clou d'une prise de  pouvoir physique très nette des Ivoiriens face à des Japonais rincés d'avoir  beaucoup défendu face à des joueurs plus grands et plus costauds, plus  talentueux aussi pour la plupart. Ce succès permet surtout aux Ivoiriens de croire encore plus en leur chance  dans un groupe C pour une fois à leur portée après les "groupes de la mort" de  2006 et 2010. Leur affrontement jeudi à Brasilia contre la Colombie, enthousiasmante face  à la Grèce (3-0), promet beaucoup et sera décisif pour la qualification.

Les Japonais, huitièmes de finalistes en 2010, devront eux se reprendre  face à la Grèce et montrer un peu plus qu'à Recife où ils ont été bien  organisés, mais pas beaucoup plus. Ils avaient pourtant ouvert le score dès la 16e minute par Honda, qui sur  le coup - contrôle du droit et frappe enchaînée du gauche en lucarne - et sur  quelques autres actions de classe a rappelé qu'il valait mieux que sa très  moyenne demi-saison avec l'AC Milan. Mais ils ont ensuite énormément subi, concédant beaucoup d'occasions à des  Eléphants maladroits et parfois fébriles au moment de conclure.

Dès la première période, Bony, préféré au coup d'envoi à Drogba, a ainsi eu  plusieurs opportunités (6, 38), comme Kalou (43), Gervinho ou surtout le  latéral gauche Boka (31e, 35e et 44e). Longtemps incertain, Yaya Touré était lui bien là dès le début du match.  Positionné en N.10, il n'a pas vraiment cherché à mener le jeu, se contentant  de quelques accélérations sur lesquelles sa puissance a été destructrice pour  les Japonais (27e, 57e). Mais le reste du temps, il a semblé traîner sa grande carcasse,  manifestement pas à 100%, et n'a pas été très influent. Quand il sera  pleinement rétabli, et Drogba avec lui, la Côte d'Ivoire pourrait vraiment  faire mal.

Réactio​ns

Sabri Lamouchi (sélectionneur de  la Côte d'Ivoire): "On n'a pas très bien commencé le match, en encaissant le  premier but sur une faute d'inattention. Ensuite, on a eu de nombreuses  situations favorables. Pour nous c'était vraiment important de bien rentrer  dans la compétition. Avoir un joueur comme Didier Drogba dans son équipe,  titulaire ou remplaçant, ça change un match. Les joueurs sont très contents de  la victoire, mais nous ne sommes pas qualifiés."

Alberto Zaccheroni (entraîneur  du Japon): "On a plutôt bien commencé, avec du dynamisme. Mais la Côte d'Ivoire  a été de plus en plus intense. Physiquement ils sont très forts, plus que ce  que nous sommes capables de faire. On a manqué d'assurance dans nos passes et  dans nos centres, nous aurions aussi dû être plus agressifs. Nous n'avons pas  été assez efficaces défensivement. La Côte d'Ivoire a gagné car elle a eu plus  de possession, on lui a aussi donné trop d'espace. Dans la surface de  réparation, ils sont plus physiques que nous et nous aurions dû éviter ces  centres. On leur a donné trop de liberté. On a aussi manqué de rapidité, ce qui  est pourtant d'habitude une de nos qualités. Je pensais qu'on pouvait gagner.  Maintenant on est le dos au mur. Il faut comprendre ce qui n'a pas fonctionné  et remettre la machine en marche. On n'a pas fait notre travail comme prévu. Je  vais réfléchir à ce que j'aurais dû faire. J'attendais aussi autre chose de mes  joueurs, je dois l'avouer."

Vidéo : la victoire des "Éléphants" vue d'Abidjan

AFP