Miralem Pjanic, Susic, Bosnie
Miralem Pjanic tape dans les mains de son coéquipier Susic | EMMANUEL DUNAND / AFP

La Bosnie ramène l'Iran à la raison

Publié le , modifié le

Encore en course pour une qualification en 8e de finale, l'Iran est revenu sur terre lors de son dernier match dans le groupe F. Obligés de gagner pour espérer poursuivre leur route en Coupe du monde, les hommes de Carlos Queiroz n'ont rien pu face à la Bosnie (3-1).

Carlos Queiroz voulait que ses joueurs saisissent leur chance de filer en 8e de finale du Mondial. Safet Susic désirait que les siens terminent sur une bonne note. Seul les souhaits du sélectionneur de la Bosnie ont été exaucés. Dominateurs tout au long du match, les Bosniens n'ont jamais laissé penser à leurs adversaires qu'ils pouvaient l'emporter. D'autant plus regrettable pour une sélection battue sur le fil par l'Argentine (2-1) et le Nigéria (1-0). Auteur d'un but valable refusé pour une position de hors-imaginaire lors du match précédent, Edin Dzeko a été le principal artisan de cette fin heureuse. Une frappe non cadrée (4e) puis une tête détournée par Haghighi (9e) annoncent la couleur.

Puis, d'une frappe écrasée du gauche à 25 mètres rappelant celle de Neymar contre la Croatie lors du match d'ouverture, l'attaquant de Manchester City trouve le chemin des filets (1-0, 23e). L'Iran réagit bien par Shojaei, dont la frappe violente percute la barre de Begovic (24e) mais ne peut faire plus. A l'heure de jeu, Pjanic se charge d'éteindre le mince espoir qui anime encore la sélection iranienne (2-0, 59e). Reza a beau réduire l'écart (2-1, 82e), Vrsajevic lui redonne plus d'ampleur dans la foulée (3-1, 83e). Les deux équipes quittent le Mondial mais seule la Bosnie le fait avec un semblant de sourire.

Jerome Carrere