Mondial Serbie Ghana Nemanja Vidic Kevin-Prince Boateng 062010
Le Serbe Vidic (à gauche) face au Ghanéen Boateng | AFP-KOLESNIKOVA

La bonne étoile du Ghana

Publié le , modifié le

A Pretoria, les Black Stars ont décroché une précieuse victoire aux dépens de la Serbie (1-0), réduite à dix après l’expulsion de Lukovic à un quart d’heure de la fin. La décision s’est faite sur un pénalty logique transformé par l’attaquant de Rennes Gyan à cinq minutes de la fin. Dans ce même groupe D, l’Allemagne va rencontrer l’Australie ce soir.

Toutes deux dirigées par des sélectionneurs serbes, les deux formations n’avaient pas besoin de regarder une boule de cristal pour prédire que cette rencontre risquait d’être décisive dans un groupe où l’Allemagne fait figure de grande favorite. Et le ton était rapidement donné par Pantelic, qui tentait sa chance après seulement cinq secondes, d’une frappe lointaine qui passait non loin du cadre de Kingson. Le round d’observation n’était visiblement pas au programme de cette rencontre, car les « Black Stars » répondaient dans la minute suivante par une frappe de Annan… Inutile de dire que les vuvuzelas n’avaient toujours pas été confisquées et ce bourdonnement susceptible de vous provoquer des acouphènes à vie continuait.

Peut-être moins gênés par ce concert de bourdons, les Ghanéens commençaient à prendre l’ascendant, insistant (comme bien des équipes lors de ce Mondial) sur le flanc gauche. La plus grosse occasion intervenait au quart d’heure de jeu sur une frappe croisée d’Asamoah, déviée in extremis par un tacle de Zigic (16e). Quelques minutes plus tard, Mensah s’illustrait en sautant plus haut que tout le monde, mais sa tête n’inquiétait pas le dernier rempart serbe, Stojkovic (19e). La Serbie qui disputait là son tout premier Mondial (en 2006, elle portait le nom de Serbie-Monténégro), semblait tétanisée par l’enjeu, et devaient attendre la demi-heure de jeu pour porter un semblant de danger sur les cages adverses grâce à deux coup-francs, dont le dernier frappé par Koralov plein axe, rasait la lucarne gauche ghanéenne.

Stankovic, maître à jouer et à penser de cette équipe serbe donnait du fil à retordre au portier ghanéen qui devait s’y reprendre à deux fois pour capter le ballon (38e). Une nouvelle bourde d’un gardien était évitée de peu, et confirmait un peu plus que ce « Jabulani » avait plus les caractéristiques d’un ballon de plage que d’un véritable ballon de football… A trois minutes de la pause, Tagoe domptait ce satané ballon et se faufilait dans la défense serbe, mais Lukovic maîtrisait quant à lui les obstructions et l’arbitre de la rencontre, l’Argentin Hector Baldassi, signalait un renvoi aux six mètres. Finalement, M. Baldassi ne tardait pas à renvoyer tout le monde aux vestiaires sur ce score de 0-0.

Privés d’Essien (blessé avant le Mondial), les hommes de Milovan Rajevac repartaient à l’assaut des buts adverses. A la 53e minute, l’action était presque trop parfaite pour que Ayew puisse reprendre de la meilleure des manières le centre de Tagoe. Sa tête manquant de puissance, et non cadrée laissait bouche bée les supporteurs serbes. Il fallait attendre l’heure de jeu pour voir l’occasion serbe la plus franche. Mais le géant serbe Zigic se voyait privé d’une balle de but sur un centre au millimètre de Jovanovic, intercepté au dernier moment par Vorsah.

Après avoir terminé première de son groupe des éliminatoires d’où une certaine équipe de France avait dû s’extraire par un match de barrage, la Serbie peinait à confirmer l’étiquette d’équipe surprise de ce Mondial 2010. Surtout, elle se voyait réduite à dix après l’expulsion à la 74e minute du défenseur central Lukovic à la suite d’un deuxième carton jaune aussi idiot que mérité (il a bloqué le bras d’un adversaire, au milieu de terrain...). Paradoxalement, c’était en infériorité numérique que les Serbes se montraient les plus dangereux. A dix minutes de la fin, Kingson sauvait les siens en détournant une frappe à bout portant de Krasic. Les hommes de Radomir Antic pressaient toujours et une frappe lointaine d’Ivanovic flirtait avec la barre transversale.

Dans une fin de rencontre palpitante, le Ghana, contre le cours du jeu, profitait d’une faute de main de Kuzmanovic dans la surface (84e) pour s’offrir un pénalty. Pour ce tout premier tir au but du Mondial, Gyan prenait ses responsabilités et ne tremblait pas pour tromper Stojkovic, donnant l’avantage au Black Stars (1-0, 85e). Ce même Gyan manquait le but du chaos dans les arrêts de jeu, sa frappe heurtant le poteau… Cette victoire est importante pour le Ghana, qui regardera un peu plus sereinement l’autre rencontre du groupe ce soir entre l’Allemagne et l’Australie.

Romain Bonte