Le Belge Witsel
Le milieu de terrain belge, Axel Witsel | AFP - JOHN THYS

La Belgique vers la sortie du tunnel

Publié le , modifié le

Absente de toutes les compétitions internationales depuis douze ans, la sélection belge n'a plus qu'un point à gagner en deux matches pour se qualifier pour le Mondial-2014 au Brésil. En Croatie ce soir et face au pays de Galles mardi, les "Diables Rouges" ont deux occasions de valider leur ticket. Une qualification viendrait récompenser une génération dorée autour des Hazard, Kompany, Witsel, Fellaini ou De Bruyne.

Cela va faire douze années que la Belgique n'a plus fréquenté la moindre phase finale majeure. Pas d'Euro, pas de Coupe du monde, pour une nation aussi ancienne du foot mondial, cela fait très long. Lors du Mondial-2002, leur dernière épreuve, Marc Wilmots, leur actuel sélectionneur, était encore sur le terrain. Cette année-là, les Diables Rouges avaient atteint les 8e de finale, battus par le Brésil. Douze ans après, c'est vers ce même Brésil qu'ils veulent s'envoler pour la prochaine Coupe du monde, en 2014. Et ils n'en sont pas très loin.

Un tout petit point, voilà tout ce qui manque aux Belges pour valider leur billet. Et il leur reste deux matches pour faire ce dernier pas. D'abord en Croatie, ce soir, ensuite à domicile face au Pays de Galles, mardi. "Nous irons au stade Maksimi pour gagner. Spéculer sur un nul serait  une mauvaise attitude", prévient le sélectionneur Marc Wilmots, qui peut se targuer d'avoir mis son collectif en confiance. A deux matches de l'issue de ces qualifications, elle est toujours invaincue. "Dans un groupe aussi équilibré, le parcours des Belges a été d'une telle  régularité (sept victoires et un nul, ndlr) qu'ils mériteraient de se  qualifier", reconnaissait mardi le président de la Fédération croate Davor Suker. Son équipe, 2e de la poule, doit absolument s'imposer vendredi en espérant ensuite un faux pas belge face aux Gallois.

Les supporteurs belges confiants contrairement aux Croates

Pour ce premier acte, Wilmots devra se passer de Kompany et Benteke, blessés. Et Hazard, Fellaini et Courtois ont récemment été touchés. Mais la Croatie n'est pas mieux lotie, avec les suspensions de Srna et Simunic, et les critiques lancées par Modric à l'adresse de son sélectionneur, Igor Stimac. Malgré l'espoir d'une qualification toujours vivace, le stade de Maksimi ne fera pas le plein. La preuve que les supporteurs croates n'y croient plus vraiment.

Un possible cruel dénouement, les Belges ne veulent pas y penser. Plusieurs écrans géants ont été installés dans les principales villes du pays. Lors du départ de l'équipe pour la Croatie, 3000 suppporteurs étaient venues à l'aéroport pour montrer toute leur confiance dans leur troupe. Entre Zagreb et le stade du Roi Baudouin de Bruxelles, la Belgique a deux occasions de renouer avec son passé, elle qui avait atteint les demi-finales de la Coupe du monde 1986 (battue par la France pour la 3e place), et la finale de l'Euro-1980.

Vidéo: Le départ des Diables Rouges en Croatie