Joachim Löw
Le sélectionneur de l'équipe d'Allemagne, Joachim Löw. | Marius Becker / DPA

Incidents de Prague: Löw dénonce "une honte pour l'Allemagne"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur allemand Joachim Löw a qualifié de "honte pour l'Allemagne" les slogans et chants nazis proférés par un groupe de supporteurs allemands vendredi soir à Prague pendant le match éliminatoire du Mondial-2018 contre la République tchèque à Prague. "Je ne peux pas passer directement aux questions sportives sans commenter ce qui s'est passé à Prague", a-t-il dit, d'un ton solennel, en ouverture dimanche de sa traditionnelle conférence de presse avant la réception de la Norvège lundi à Stuttgart.

"Je suis rempli de colère, et je suis très très affecté de voir que certains soi-disant supporteurs utilisent le football, et un match international, pour leurs fâcheuses démonstrations (...) Ils apportent la honte sur notre pays", a-t-il martelé, qualifiant de "très bon signal" la décision des joueurs de ne pas aller saluer le bloc des supporteurs de la Mannschaft après leur victoire.

"Favorable à des sanctions très dures"

"Je suis favorable à des sanctions très dures contre ces fauteurs de trouble. Nous n'en voulons pas, nous ne sommes pas leur équipe nationale, et ils ne sont pas nos fans", a poursuivi Löw, alors que les incidents de vendredi ont choqué toute l'Allemagne. "Compte tenu de notre histoire, a-t-il poursuivi, il est très important pour nous de représenter dignement notre pays et ses valeurs de tolérance, de respect, et d'ouverture sur le monde. Ces fauteurs de troubles dégradent cette image".

Il a par ailleurs lancé un appel au public de Stuttgart lundi à ne pas conspuer Timo Werner, l'attaquant de 21 ans de Leipzig devenu la tête de turc de certains "ultras" de Bundesliga, et insulté à Prague par les supporteurs allemands. La bronca contre lui a commencé la saison dernière lorsqu'il s'est effrondré dans la surface lors d'un match contre Schalke pour obtenir un pénalty. Depuis, l'histoire de son "plongeon" le poursuit, bien qu'il s'en soit expliqué et excusé. 

La vindicte populaire vise également son club du RB Leipzig, financé par la marque Red Bull et honni par les tenants de la "tradition" allemande. "Ce comportement de quelques fans est indigne", a lancé Löw, "ces insultes contre Timo sont extrêmement pénibles. Il a fait une erreur et l'a reconnue (...) j'appelle maintenant le public à le traiter comme un joueur à part entière de l'équipe nationale".

AFP