henry thierry brassard france 2009
Henry, ex-capitaine des Bleus | AFP-Fife

Henry fait une croix sur les Bleus

Publié le , modifié le

Après 123 sélections et une Coupe du monde qui a tourné au fiasco, Thierry Henry a décidé de prendre sa retraite internationale. Depuis l'annonce de son départ Outre-Atlantique, et un contrat de plusieurs saisons avec les Red Bulls de New York, ce choix de mettre un terme à l'aventure tricolore était devenu un secret de polichinelle. Surtout, le joueur de 32 ans devance sans doute le choix du nouveau sélectionneur, Laurent Blanc.

Lors de sa première conférence de presse en tant que sélectionneur, Laurent Blanc avait laissé entendre qu'un joueur évoluant dans le modeste championnat nord-américain, ne pouvait prétendre à porter le maillot tricolore. En annonçant sa retraite internationale, Henry qui a toujours pris soin de son image, évite ainsi une très probable déconvenue au moment de la première sélection de Blanc, pour le match amical contre la Norvège, le 11 août prochain.

"Le maillot, je l'ai porté 123 fois, j'ai toujours eu des frissons quand j'ai porté le maillot bleu, il faut savoir s'arrêter, il y a les jeunes qui poussent",  a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse qui se tenait au stade "Red Bull Arena". Il a précisé néanmoins qu'il ne se trouvait pas encore "en fin de carrière". "Quand tu arrives dans un  club, tu essayes toujours de remporter un titre, c'est ce que je vais faire  ici", a-t-il poursuivi. "Certaines personnes pensent que je viens pour les vacances. C’est vrai que j’aime venir en vacances à New York, mais pas cette fois. Je suis un compétiteur et je n’aime pas perdre", a-t-il affirmé. "Je ne dis pas qu’on gagnera tous les matchs (...), mais je sais que je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour gagner un match", avait-il souligné la veille sur le site de son nouveau club.

"C'était le moment pour moi"
Il précise avoir pris sa décision avant la Coupe du monde. "L'Afrique du Sud n'a pas influé sur ma décision", a-t-il indiqué. "J'aurais pu l'annoncer avant la Coupe du monde mais je ne voulais pas que cela nuise à l'équipe. C'était le moment pour moi", a-t-il ajouté. Avec ses 51 buts en 123 sélections, "Titi" a tout gagné avec l'équipe de France. Champion du monde en 1998 à seulement 20 ans, champion d'Europe deux ans plus tard, l'un des meilleurs joueurs de sa génération aura porté les couleurs de seulement quatre clubs avant de rejoindre le championnat nord-américain. Après ses débuts à Monaco de 1994 à 1999, Henry aura tenté l'expérience de la Serie A, son seul véritable échec avec la Juve.

Il ne restera que six mois en Italie, avant de rejoindre Arsenal qui restera sans doute son équipe de coeur. Avec les Gunners, Henry prendra une autre dimension, passant du statut de bon joueur à celui de vedette du ballon rond. Sacré meilleur buteur du championnat d'Angleterre en 2002, 2004, 2005 et 2006, les plus grands clubs ne tardent pas à lui faire les yeux doux. Lorsqu'il signe au Barça en 2007, il a déjà 30 ans et il s'agit alors de son dernier grand défi. Un pari relativement risqué, mais qu'il va relativement bien relever, malgré une dernière saison décevante. C'est d'ailleurs avec le club catalan qu'il va assouvir l'un de ses rêves, soulever le trophée de la Ligue des Champions, l'un des rares titres qui lui faisait encore faux bond.

"Laurent Blanc peut le faire"
Devenu l'un des cadres des Bleus après les départs de Zidane et consorts, le natif des Ulis avait porté le brassard de capitaine. Auteur de la main qui avait qualifié la France en barrages du Mondial aux dépens de l'Irlande, Henry avait passé plus de temps sur le banc que sur le terrain en Afrique du Sud. Face aux Bafana Bafana (défaite 3-1), il aura donc disputé son dernier match. Ironie de l'histoire avec l'équipe de France, il avait débuté sa carrière internationale le 11 octobre 1997, face à ... l'Afrique du Sud (2-1).

Evoquant l'avenir de l'équipe de France, Henry s'est montré optimiste. "Nous possédons encore une bonne équipe. Je pense que les gars qui vont rester sont d'excellents joueurs, a-t-il dit. Si vous regardez les gars jouer individuellement dans leur équipe (en club), ils font toujours du très bon boulot. Mais comme vous le savez, dans un sport d'équipe, c'est toujours une question d'avoir une grande équipe. Il ne s'agit pas que d'individualités, et je pense que Laurent Blanc peut le faire (créer une grande équipe)", a-t-il affirmé.

Romain Bonte