Franz Beckenbauer
L'ancienne gloire allemande Franz Beckenbauer | AFP - PATRIK STOLLARZ

Franz Beckenbauer: "On est allé aux limites" mais sans corruption

Publié le , modifié le

Réfutant toute idée de corruption, Franz Beckenbauer a concédé que le comité de candidature qu'il présidait est "allé aux limites" des possibilités pour obtenir le Mondial-2006 en Allemagne, dans sa première interview télévisée depuis les révélations du magazine Der Spiegel mi-octobre.

A la question de savoir si les limites n'avaient pas été franchies:  "Quelles sont les limites ? Il n'y avait pas de Commission d'éthique, on  pouvait contacter directement les membres du Comité exécutif (de la Fifa). On  est toujours allé à la limite. C'était un autre temps", a fait remarquer le  "Kaiser" dans son entretien à la chaine Sky dont il est l'un des consultants  phares. Sur le versement controversé de 6,7 millions d'euros à la Fifa, l'icône du  foot allemand a affirmé que la somme était destinée "seulement pour obtenir la  subvention de 250 millions d'euros" de la part de l'instance internationale. Quant au projet de contrat douteux du 2 juillet 2000, soit quatre jours  avant la désignation, avec le sulfureux Jack Warner, l'ex-vice-président de la  Fifa et ancien patron de la Concacaf suspendu à vie, Beckenbauer s'est  dédouané: "Il n'y a pas de papier Warner-Beckenbauer, il y a un accord entre la  DFB (Fédération allemande) et la Concacaf".

"La seule chose qui me gêne c'est la date du 2 juillet. On pourrait penser  que c'est lié à la corruption", a-t-il concédé, ajoutant toutefois: "S'il y  avait eu une caisse noire ou tentative de corruption, je l'aurais remarqué". Beckenbauer avait assuré avoir signé à l'aveugle des documents, dont  probablement l'accord avec Jack Warner, dans sa première interview parue samedi  dans le quotidien Süddeutsche Zeitung. "Quand j'ai confiance en quelqu'un, je signe, sans regarder", avait  souligné le septuagénaire, prenant pour exemple ses 15 années passées à la tête  du Bayern Munich. "J'ai la conscience tranquille", a insisté Beckenbauer qui devait être  entendu mardi par la commission d'enquête externe de la DFB.

AFP