France-Suisse : l'heure du premier test

France-Suisse : l'heure du premier test

Publié le , modifié le

Cinq jours après ses débuts victorieux contre le Honduras (3-0), l'équipe de France passe un test sérieux vendredi contre la Suisse. Pour leur deuxième match de la phase de groupe, les Bleus vont savoir s'ils peuvent nourrir des ambitions sur ce Mondial brésilien. En cas de succès à Salvador de Bahia, la porte des huitièmes de finale serait grande ouverte.

Allez on oublie tout ! Quatre ans jour pour jour après la grève de Knysna, la France a une superbe occasion de ranger définitivement cette sombre affaire au placard. Ce que les Bleus font remarquablement depuis le barrage contre l'Ukraine. L'envie de jouer ensemble et le collectif sont bel et bien au rendez-vous. Il n'y a plus qu'à transformer l'essai contre la Suisse. Finale annoncée du groupe E, ce match contre les Helvètes va donner le ton du Mondial français. La victoire facile contre le Honduras (3-0) a apporté sérénité et euphorie mais ce n'était qu'une modeste formation qui a joué à dix plus d'une mi-temps. Après la Suisse, il y aura enfin matière à se projeter. Les hommes de Hitzfeld ne sont pas à proprement parler des ténors européens mais ils suscitent suffisamment de craintes pour être pris au sérieux.

Le péril neutre

Les Suisses attendent une victoire contre la France depuis 22 ans et sont armés pour le faire. Sur la lancée de leur victoire arrachée dans les arrêts de jeu face à l'Equateur (2-1), ils se sentent mûrs pour un exploit. La Suisse est un mélange d'expérience et de jeunesse. Autour de Stephan Lichtsteiner (30 ans, Juventus Turin) gravitent la  jeune garde incarnée par Xherdan Shaqiri (22 ans, Bayern Munich) et trois champions du monde des moins de 17 ans en 2009, dont deux d'entre eux ont été  décisifs contre l'Équateur: l'arrière gauche Ricardo Rodriguez, double passeur, et Haris Seferovic, buteur à la dernière seconde. Ces jeunes sont en train de libérer la Suisse de ses vieux complexes. "Ils vont mettre la tête là où on met le pied, ils sont moins clean et polis", explique Michel Pont, sélectionneur adjoint depuis 13 ans.

Entretenir la flamme

Deschamps connaît le "péril neutre". Mais avant de s'occuper de la Suisse, le sélectionneur tricolore a surtout cherché à prolonger la confiance de ses joueurs. Sur ses dix derniers matches, la France en a remporté huit pour un nul et une défaite. Offensivement, elle a surtout marqué 34 buts et remis en selle un Karim Benzema en panne sèche. La talent était là mais il fallait lui permettre de s'exprimer. Derrière leur nouveau leader technique, les Bleus ont un bloc compact avec un milieu Cabaye-Matuidi-Pogba très actif. En revanche, la jeune charnière centrale Varane (21 ans, 7 sélections)-Sakho (24 ans, 20  sélections) va passer au révélateur. Les deux défenseurs n'ont pas eu trop de travail face aux Honduriens mais ils seront cette fois beaucoup plus sollicités."Ils ont beaucoup de qualités, pas les mêmes, ce qui les rend complémentaires", a expliqué le sélectionneur. Des Bleus du présent et du futur. A l'image de cette équipe de France qui va jouer à fond ce Mondial pour préparer son Euro 2016. Les victoires d'aujourd'hui préparent aussi celles de demain.

Xavier Richard @littletwitman