France-Luxembourg : les Bleus entre confiance et méfiance

France-Luxembourg : les Bleus entre confiance et méfiance

Publié le , modifié le

Excellents contre les Pays-Bas, atomisés (4-0) jeudi soir au Stade de France, les hommes de Didier Deschamps abordent sans forfanterie leur match de ce dimanche contre un adversaire d’un calibre présumé inférieur, le Luxembourg (20h45 à Toulouse). Le sélectionneur national devrait en profiter pour faire tourner un peu son effectif en se méfiant tout de même d’une formation qui avait accroché l’équipe de France le 25 mars (3-1 mais surtout 1-1 à la pause).

Le plus dur est fait mais les Bleus ne veulent pas s’enflammer. Le large succès face aux Bataves a permis aux Bleus de reprendre la tête du groupe A des qualifications pour le Mondial 2018, moins de trois mois après la bourde de Lloris et la défaite inattendue en Suède. 

Avec trois longueurs d’avance sur les Scandinaves à trois journées de la fin, les Français peuvent voir venir d’autant qu’ils doivent recevoir encore deux fois contre une seule à leur rival le plus proche. Le plus proche mais pas forcément le plus sérieux car les Jaune et Bleu ont été battus (3-2) jeudi en Bulgarie, relançant ainsi la formation slave qui se déplace aux Pays-Bas –encore en course pour la deuxième place- ce dimanche. 

Rabiot, Lacazette et Mbappé titulaires ? 

Avant le périlleux déplacement à Sofia, où il n’est jamais simple de s’imposer (l’histoire est là pour le rappeler), l’équipe de France doit faire le plein de points, de buts et de confiance contre les modestes joueurs du Grand-Duché. Pour cela, il convient de se mobiliser et de faire l’effort dès l’entame de match afin d’éviter les tourments. 

"Il y a trois points qui se présentent à nous, qui seront aussi importants. Ce n'est que le Luxembourg, mais ça n'avait pas été simple là-bas et il a battu ce (jeudi) soir le Belarus" (1-0), avait souligné Didier Deschamps face à la presse. Le sélectionneur devrait d’ailleurs injecter du sang neuf dans son 11 de départ sans chambouler pour autant l’équipe. 

Il peut puiser parmi les joueurs entrés jeudi en fin de match (les attaquants Lacazette, Fekir et donc Mbappé) ou qui ne sont pas apparus (les gardiens Mandanda et Areola, les latéraux Jallet et Digne, les défenseurs centraux Kimpembe et Zouma, les milieux Matuidi, Rabiot et Tolisso, et l'ailier Thauvin). En espérant garder la dynamique entrevue en juin contre l’Angleterre en juin (3-2) et devant les Pays-Bas.

Grégory Jouin @GregoryJouin