Franck Ribéry
Franck Ribéry | FRANCK FIFE / AFP

France - Géorgie, les Bleus ne pensent qu'à ça

Publié le , modifié le

L'Espagne ne sera une finale du groupe I que si la France bat la Géorgie ce soir en éliminatoire du Mondial-2014. Un match piège par excellence face au poursuivant immédiat des Bleus. Didier Deschamps, qui a prévenu ses troupes, pourrait être tenté de lancer ses jeunes pousses comme Varane et Pogba pour préserver ses cadres.

Au chaud avant l'Ibère ?

"Il y a tout pour que ce soit un match piège." Appelé de dernière minute pour suppléer le forfait de Mathieu Debuchy, Rod Fanni ne s'est pas trompé de diagnostic. Comme son OM face aux petites équipes, les Bleus peinent souvent à faire le jeu. Ce sera le cas vendredi contre la Géorgie sur une pelouse refaite après le labourage du dernier match des six nations. "C'est une équipe difficile à jouer, très regroupée. Il faut la respecter, ne pas la prendre à la légère, ça pourrait nous jouer des tours, prévient le latéral phocéen. Je ne connais pas les joueurs mais je crains plus le collectif. C'est sur ce point qu'il faut s'attarder. En équipe de France, normalement, on est censé être meilleur individuellement". Toute la semaine, Didier Deschamps s'est appliqué à conditionner son groupe sur l'objectif de vendredi. Le choc de mardi face à l'Espagne viendra naturellement …après la victoire contre la Géorgie. "Tout le monde fera abstraction de ce qui se passera après parce que les trois points sont capitaux demain", assure le sélectionneur français.

Objectif deuxième place

Trois points capitaux que les Bleus se doivent d'obtenir sous peine d'une cruelle désillusion. Trois points aussi pour s'assurer la deuxième place synonyme de barrages. Mais faire sauter le verrou géorgien n'aura rien d'une sinécure. "On n'aura pas le même rapport de forces que contre l'Espagne, a indiqué Deschamps hier. Il est logique de penser qu'on aura le ballon, qu'on passera plus de temps dans la moitié de terrain adverse avec une équipe de Géorgie regroupée. Donc il faudra avoir de la présence offensive le plus longtemps possible." Cette présence sera assurée par le duo Giroud-Benzema. Si le sélectionneur reste fidèle à son 4-4-2, on peut s'attendre à deux milieux excentrés pour Ribéry et Valbuena tandis que l'axe serait "réservé" à Matuidi et Pogba. En concurrence avec Gonalons (sous la menace d'un carton comme Matuidi, ndlr), ce dernier pourrait faire sa première apparition en bleu. "Vous pouvez vous attendre à tout. Pourquoi pas?", a lancé Deschamps face à la presse vendredi.

Varane et Pogba prêts à débuter

L'intégration chez les A de Varane et Pogba, c'est l'autre grande attraction de ce match. Le Madrilène, déjà appelé sous l'ère Deschamps, et le Turinois affichent à leur âge une maturité qui pourrait les propulser très vite dans la peau de titulaires. Pour l'instant, le sélectionneur les protège. "Ils sont bien dans le groupe, le groupe est bien avec eux, révèle Deschamps. Ils ont des caractères différents, Raphaël (Varane, ndlr) est plus réservé que Paul (Pogba,  ndlr) mais ils ont confiance en eux, sans en rajouter non plus. Leur intégration s'est très bien passée mais cela ne donne pas de garanties. Venir en équipe de France pour la première fois, ce n'est pas anodin." Débuter face à la Géorgie, le risque est moins grand que face aux rois d'Espagne. A condition de ne pas laisser de point en route.