Radamel Falcao (Colombie)
Radamel Falcao (Colombie) | LUIS ACOSTA / AFP

Fifa: scandale des têtes de série 2014

Publié le , modifié le

Les têtes de série pour la Coupe du Monde brésilienne devraient être, outre le pays organisateur, les sept premiers du classement fifa qui vient d’être publié. Une hérésie quand on constate que la Belgique et la Suisse devancent l’Italie ou les Pays-Bas. Une manière, surtout, de valoriser un classement loin de faire l’unanimité.

Le football français n’est pas le seul à pouvoir s’estimer lésé par le classement édité chaque mois par la Fifa. Même si le réveil tardif de la FFF avait quelque chose de calculé, le problème était réel sur le fond. Placée dans un groupe de 5, l’équipe de France n’a pas bénéficié du même nombre de matches de qualifications que les équipes des groupes de 6, ce qui a forcément été handicapant en ce qui concerne les points pris.

Suisse, Belgique, les grands gagnants

Mais la plus grosse controverse émane de la désignation (quasi officielle) des têtes de série pour le prochain Mondial. Le règlement était connu, certes, et la Fifa avait dit qu’elle prendrait en compte le classement publié en octobre 2013 pour établir ces têtes de série pour juin 2014. Mais tenir compte uniquement de ce classement aboutit à des incohérences énormes.

Qui pourra sérieusement prétendre que la Colombie est la 4e formation mondiale alors qu’elle vient de s’incliner en Uruguay (2-0) avant d’arracher in extremis un match nul (3-3) chez elle contre le Chili. Qui trouvera normal que la Suisse, sortie première d’un groupe très faible (Islande, Slovénie, Norvège, Albanie, Chypre) et qui n’a jamais rien fait sur la scène internationale depuis 1954 (aucun quart, ni à l’Euro, ni au Mondial), figure devant l’Italie (vainqueur de la Coupe du Monde 2006 et finaliste de l’Euro 2012) ? Qui affirmera sans sourciller que la rafraîchissante Belgique et sa génération dorée, qui n’a plus brillé depuis sa demi-finale au Mexique en 1986, mérite davantage que les Pays-Bas, finalistes de la Coupe du monde 2010 ?

Imbroglio avec les Pays-Bas

Il est d’ailleurs incroyable de constater que la sélection batave, pourtant facilement victorieuse de ses deux ultimes matches éliminatoires (8-1 face à la Hongrie, 2-0 en Turquie), a trouvé le moyen de se faire doubler par la Suisse, vainqueur de deux adversaires moins huppés (1-2 en Albanie, 1-0 contre la Slovénie). Les Oranje ont progressé d’une petite place (8e contre 9e en septembre) quand les Helvètes ont grimpé de sept rangs, de 14e à 7e !). Il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond dans ce système injuste censé mettre en valeur le classement Fifa sur le mode ATP.

Auparavant, la Fédération Internationale de Football Association choisissait de retenir les têtes de série selon les résultats enregistrés dans les précédents Mondiaux (avec un système de péréquation qui permettait de donner plus de poids à la Coupe du monde la plus récente, moins à celle d’avant, et un peu moins à celle encore avant). Cela avait le mérite de sortir un tableau équilibré et personne n’avait crié au scandale en découvrant les têtes de série pour 2006 (Allemagne, Angleterre, Argentine, Brésil, Espagne, France, Italie, Mexique) ou 2010 (Afrique du Sud, Brésil, Espagne, Pays-Bas, Italie, Allemagne, Argentine, Angleterre).

Mais voilà, la Fifa a tranché et il y a peu de chances qu’elle revienne en arrière. La Coupe du monde au Brésil offrira donc probablement plusieurs « groupes de la mort » et quelques groupes d’un niveau bien plus faible. Le paradoxe, c’est que les Bleus pourraient peut-être profiter de cette nouvelle donne en juin prochain. S’ils poinçonnent leur ticket, bien sûr…