Europe vieillissante, Amérique insolente

Europe vieillissante, Amérique insolente

Publié le , modifié le

Le premier tour du Mondial-2014 s'achève avec le déclin des vieilles places fortes de l'Europe, l'Amérique latine insolente, l'Asie moribonde et l'Afrique à l'image ternie.

. EUROPE: bye bye les vieilles écoles

L'Angleterre, championne du monde 1966, l'Italie, couronnée en 1934, 1938,  1982 et 2006, et l'Espagne, tenante du titre, ont donc quitté prématurément le  tournoi au premier tour. Au revoir donc les Rooney, Balotelli, Pirlo, Casillas,  Xavi et Iniesta. Il faut ajouter Cristiano Ronaldo, Ballon d'Or 2013, éliminé  avec le Portugal. La plus grosse claque fut pour la "Roja", dont le triplé inédit  Euro-2008/Mondial-2010/Euro-2012 n'a pas pesé bien lourd au pays du "futebol".  Place à la jeune génération incarnée par Thiago Alcantara, Koke ou Isco. Le vieux continent a aussi perdu la Bosnie, qui participait à son premier  Mondial, et la Croatie de Modric inefficace. Pour la Russie, ça fait désordre:  l'organisateur de la prochaine Coupe du monde, entraîné par Fabio Capello, est  éliminé au premier tour. En revanche, l'Allemagne n'a pas tremblé. Les Pays-Bas, finalistes 2010,  ont tenu leur rang, oubliant un Euro-2012 raté. Et la Belgique a honoré ses  promesses avec la génération Hazard. La France et la Suisse sont, comme prévu,  allées en 8e de finale. Au rayon des surprises, il y a la Grèce, championne  d'Europe 2004, parvenue à se hisser aussi dans le Top 16 mondial pour la  première fois.

. AMERIQUE LATINE: "A Festa !"

"La fête !", comme on dit au Brésil. Qu'ils viennent d'Amérique du sud ou  centrale, ils sont les grands vainqueurs du premier tour. Le Brésil, le  Mexique, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, l'Uruguay et l'Argentine ont  ainsi composté leur billet pour les 8e. Et on peut rajouter les Etats-Unis,  qualifiés, pour l'Amérique du nord. La Seleçao, après des débuts laborieux, va mieux offensivement avec son  petit génie Neymar, comeilleur buteur du tournoi avec Messi et Müller (4 buts).  Mais sa défense, surtout du côté droit (Dani Alves), ne présente pas toutes les  garanties. Le problème est sensiblement le même avec l'Albiceleste, portée par  son "crack" Messi mais qui ne rassure pas tout à fait encore. L'Uruguay aurait  pu être satisfaite de son premier tour. La Celeste a survécu au "groupe de la  mort", le groupe D. Mais son buteur-vedette Suarez a mordu l'Italien Chiellini.  Il a été suspendu pour 9 matches. Pour les révélations, il faut parler de  Campbell avec le Costa Rica, Ochoa avec le Mexique et James Rodriguez avec la  Colombie.

. AFRIQUE: toujours des embrouilles...

Les seules bonnes nouvelles sont les qualifications du Nigeria, pour la 3e  fois, et celle historique de l'Algérie. Pour le reste, l'Afrique a brouillé son  image. Les Lions Indomptables du Cameroun sont devenus les Lions Ingérables.  Minés par des problèmes de primes avant l'arrivée au Brésil, les Camerounais  ont ensuite mal vécu la blessure et les états d'âme de leur leader Eto'o. Le  pire est venu avec une bagarre entre joueurs sur le terrain lors de la déroute  face à la Croatie (4-0) quand Assou-Ekotto a donné un simili coup de tête à son  coéquipier Moukandjo... Elimination logique, comme pour le Ghana. Les "Black  Stars" ont également observé une grève de l'entraînement pour une affaire de  primes non réglées, avant d'écarter deux joueurs Kevin-Prince Boateng et Sulley  Muntari pour indiscipline envers le coach et un membre de la fédération. La  Côte d'Ivoire a elle été empoisonnée par le statut de Drogba, remplaçant les  deux premiers matches et que Yaya Touré, frappé par un deuil familial, n'a pas  su remplacer. Elimination aussi.

. ASIE: le crash

L'Australie n'a pas pris un seul point, le Japon n'a pas gagné un match,  pas plus que la Corée du sud et l'Iran. La seule petite satisfaction est venue  bizarrement de l'Iran, qui a fait un nul contre le Nigeria (0-0), a perdu par  la plus petite des marges contre l'Argentine (1-0), avant de s'incliner plus  lourdement lors de son dernier match contre la Bosnie (3-1). Le match contre  l'Argentine a révélé le gardien Haghighi multipliant les arrêts de classe,  avant un éclair de Messi.

AFP