Autriche - France
La bérézina pour les Bleus en Autriche en 2008. Vraiment pas un exemple à suivre... | Reuters

Eliminatoires de la Coupe du monde : souvent poussif, le début des Bleus !

Publié le , modifié le

Qualifiée d'office en 1998 (pays organisateur) puis en 2002 (tenante du titre), l'équipe de France s'est remise au boulot lors des trois dernières campagnes éliminatoires, dans le but de se qualifier pour une Coupe du monde. Mais, tant en 2004, en 2008 qu'en 2012, les débuts de campagne ont été compliqués, voire douloureux pour les Bleus. Un rappel de ces trois épisodes qui ne sont pas restés comme des exploits du football tricolore, même si, à chaque fois, les joueurs français ont su s'en sortir au bout du compte. De quoi trembler cependant à quarante-huit heures du premier rendez-vous, dans le groupe A, en Biélorussie. Un nouveau piège ?

4 septembre 2004 : un bus israélien incontournable

Ce jour-là, au Stade de France, le public parisien découvre sur le banc Raymond Domenech à la tête de l'équipe de France. L'ancien Lyonnais a succédé durant l'été à Jacques Santini et, pour son tout premier match en août, en amical contre la Bosnie-Herzégovine à Rennes (1-1), son groupe n'a pas vraiment rassuré. Il faut dire qu'après l'échec en quarts de finale de l'Euro 2004 contre la Grèce (0-1), les Bleus ont perdu de nombreux tauliers : Bixente Lizarazu, Fabien Barthez, Lilian Thuram et surtout Zinédine Zidane ont dit "Ciao !" à la sélection (ces trois derniers sortiront de leur retraite internationale un an après). Pour ce début d'éliminatoires en vue du Mondial 2006 en Allemagne, Israël paraît tout de même à la portée des Tricolores, mais les visiteurs campent devant leur but et jamais les Bleus, emmenés alors par Patrick Vieira, ne parviendront à contourner l'obstacle hébreu (0-0). Les Bleus se contenteront du point du match nul. On est encore très loin de la finale de Berlin...

France : Coupet - Gallas, Squillaci, Givet, B. Mendy - Evra (Giuly, 57e), Makélélé, Vieira (capitaine), Rothen (Pires, 66e) - Saha, Henry. Entraîneur : R. Domenech.

6 septembre 2008 : en plein naufrage autrichien

Traumatisée par une piètre prestation d'ensemble lors de l'Euro 2008 en Suisse (élimination au premier tour, avec un nul et deux défaites, un seul but marqué), l'équipe de France veut se relancer dans la course à la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Raymond Domenech mène toujours les Bleus. Et tout commence pour ses hommes du côté de Vienne où l'Autriche attend de pied ferme la France. Certes, la bande à Thierry Henry, privée de Franck Ribéry blessé, s'est rassurée quelques jours auparavant en Suède, en match de préparation (3-2), mais la défense tricolore semble fébrile. Tout cela se confirme et la charnière centrale Gallas-Mexès sombre, en concédant notamment trois buts sur trois coups de pied arrêtés (1-3). Une campagne bien mal engagée qui se terminera en barrages contre l'Eire, avec le pathétique épisode de la main de Thierry Henry et, surtout, la fameuse grève des joueurs à Knysna lors de la phase finale sud-africaine. Le football français touche le fond.

France : Mandanda - Sagna (Gourcuff, 70e), Gallas, Mexès, Evra - Toulalan, L. Diarra, Nasri (Anelka, 79e) - Govou, Benzema, Henry. Entraîneur : R. Domenech.

7 septembre 2012 : juste l'éclair Diaby à Helsinki

Abou Diaby, sauveur des Bleus en Finlande
Abou Diaby, sauveur des Bleus en Finlande

N'ayant guère convaincu lors de l'Euro 2012 en Ukraine, avec une sortie sans gloire en quarts de finale contre l'Espagne (0-2), les Bleus repartent sur de nouvelles bases. Didier Deschamps vient de prendre la relève de Laurent Blanc à la tête de la sélection. Pour étrenner son costume de patron tricolore, "DD" a dû se contenter en août d'un galop d'entraînement sans saveur au Havre, contre l'Uruguay (0-0). Et voilà la Finlande qui se profile, comme premier adversaire dans les éliminatoires du Mondial 2014 qui doit mener les Bleus au Brésil. On attend que l'attaque, emmenée par Karim Benzema et Franck Ribéry, place les Tricolores sur de bons rails, mais rien ne passe. C'est un revenant, en l'occurrence Abou Diaby qui, dès la 20e minute, sort de sa boîte pour offrir un court avantage. Les Bleus conserveront ce score jusqu'au coup de sifflet final. Seul point positif de la soirée : la France s'est sortie du piège scandinave sans dégât. Au pays du Père Noël, on peut commencer à rêver du Maracana !

France : Lloris - Réveillère, Yanga-Mbiwa, M. Sakho, Evra - Mavuba, Cabaye (Matuidi, 75e), Diaby, Ménez (Valbuena, 64e) - Benzema, Ribéry (Gomis, 88e). Entraîneur : D. Deschamps.

Nicolas Gettliffe